nn5n Foundation
Branch of SCP Foundation
nn5n: scp-3054 Le sanatorium de Cragstaff
KeterSCP-3054 Le sanatorium de CragstaffRate: 227
SCP-3054

Objet # : SCP-3054

Classe : Keter

hospital_sunset.jpg

SCP-3054-A.

Procédures de Confinement Spéciales : Un périmètre circulaire clôturé d’un rayon de 1,5 km a été établi autour de SCP-3054-A. Ce périmètre est maintenu par la FIM Kappa-9 ("L'Infirmière Ratched"). Officiellement, ce lieu est interdit à cause d’une contamination des eaux souterraines.

Des recherches sont actuellement en cours afin de développer une méthode permettant de contenir les effets de SCP-3054 en dehors de SCP-3054-A. Entre-temps, toutes les disparitions associées à SCP-3054 doivent être signalées au Bureau de la Désinformation de la Fondation pour de futures actions.

Aucun membre du personnel possédant des antécédents connus de maladie mentale n'est autorisé sur le site.

Description : SCP-3054 est un phénomène anormal qui affecte des patients internés dans plusieurs établissements psychiatriques en Amérique du Nord. Les patients affectés disparaîtront s'ils ne sont pas observés. Les enquêtes sur ces disparitions ont révélé des archives dans chaque établissement indiquant un transfert prévu vers SCP-3054-A. Aucune source ni explication pour ces enregistrements n'ont été déterminées.

La Fondation a découvert ce phénomène en 1981 ; cependant, des analyses indiquent des incidents possibles remontant à 1890. De plus, bien que les premiers incidents se soient produits dans un rayon de cent kilomètres de SCP-3054-A, cette "zone d'effet" semble s'être étendue avec le temps (le dernier incident fut signalé à Vancouver, au Canada). À ce jour, 912 disparitions ont été associées à SCP-3054. D'autres restent sûrement à découvrir.

hospital_ward.png

Intérieur de SCP-3054-A.

SCP-3054-A est le Sanatorium de Cragstaff , un institut psychiatrique inhabité situé dans une région boisée à 50 kilomètres à l'ouest de Hudson, en Caroline du Nord. Outre les archives de transfert mentionnées précédemment, il n'existe aucune documentation sur la construction ou la gestion de SCP-3054-A. Les chercheurs s’efforcent de déterminer quand SCP-3054-A a été construit et s’il a effectivement été utilisé.

Il a été récemment découvert que toute personne ayant des antécédents de maladie mentale connus peut subir SCP-3054 alors qu’elle se trouve à l’intérieur de SCP-3054-A (voir ci-dessous).

Addendum 3054.1 : Historiques de conversations SMS

Les historiques de conversations SMS suivants ont été extraits des téléphones du personnel de la Fondation après la disparition de Julia Owens, chercheuse de la Fondation affectée à SCP-3054-A.

Julia : Salut ?

Julia : Barry ? Réponds, s'il te plaît.

Barry : Julia ? Où es-tu ?

Julia : Je suis dans le bâtiment.

Barry : Où ?

Julia : Dans l'une des chambres à l'étage.

Julia : Ils ne m'ont pas laissé garder mes effets personnels, mais j'ai réussi à cacher mon portable.

Julia : Je crois qu'ils ne savent même pas ce que c'est.

Barry : Attends, de quoi tu parles ? Qui ne te laisse pas garder tes effets personnels ?

Barry : Laisse-moi t'appeler.

Julia : Non

Julia : Ne le fais pas.

Julia : Si mon portable sonnait, ils pourraient m'entendre.

Barry : D’accord. Qui pourrait t’entendre ? Je vais chercher notre superviseur.

Julia : Le personnel.

Barry : Le personnel ?

Julia : Dans le bâtiment. Le personnel médical.

Julia : Laisse moi deux secondes

Julia : Je suis toujours à l'intérieur du bâtiment, mais c'est comme si j'avais remonté le temps. Il y a des médecins et des infirmières partout, tous habillés… avec des vêtements vieillots.

Julia : Ils disent que je suis là pour recevoir un traitement.

Lindsey : Julia, c’est le Dr Lindsey. Vous me dites que vous êtes actuellement dans Cragstaff, mais que c'est ouvert et en fonctionnement ? Avec un personnel médical ?

Julia : Oui.

Julia : Et rien n'est pourri ou cassé. L’endroit semble tout neuf.

Julia : J'ai aussi vu d’autres personnes ici. Des personnes prises par SCP-3054, je suppose ?

Julia : Il y en a beaucoup. Ils sont confus, effrayés, et la plupart ne me parlent même pas. Il y a quelques adolescents mais ce sont principalement des adultes.

Julia : Certains d'entre eux sont juste assis sur des chaises, en train de baver. On dirait qu'ils ont été drogués.

Lindsey : D’accord, Julia. Pouvez-vous me dire précisément dans quelle pièce vous vous trouvez ? Nous allons y aller et voir s'il y a un moyen de vous faire sortir.

Julia : Je suis dans la chambre 203. Je crois.

Lindsey : Nous sommes en route

Julia : Ne vous inquiétez pas, je ne vais nulle part. La porte est verrouillée. Les fenêtres sont grillagées.

Julia : Je suis en train de regarder par la fenêtre. Je ne vois pas grand chose à part les arbres et le brouillard.

Julia : Je ne peux même pas voir le ciel.

Lindsey :Nous sommes dans la pièce. Pouvez-vous voir quelque chose d'inhabituel ? Essayez de déplacer des objets.

Julia : Tout est bloqué.

Julia : Quelqu'un arrive, dois y aller

Lindsey : Soyez prudente. Écrivez à ce numéro à nouveau lorsque vous le pouvez. Nous allons garder quelqu'un de surveillance. Et faites tout ce que vous pouvez pour économiser la batterie de votre téléphone.

Julia : Yo.

Julia : Il y a quelqu'un ?

Lindsey : Oui, je suis là.

Lindsey : C'est Lindsey.

Julia : Salut.

Julia : Toutes les applications de mon portable fonctionnent au minimum. Je le garde aussi désactivé entre les utilisations. Ma batterie devrait durer plusieurs jours.

Julia : En supposant que je n'utilise pas tout sur Flappy Bird.

Lindsey : Ok, super. Que se passe-t-il ? Pouvez-vous me dire quelque chose de nouveau qui pourrait nous aider à vous sortir de là ?

Julia : Non. Toutes les fenêtres sont grillagées. Dehors, tout est sombre.

Julia : Maintenant, tous les patients en bas sont différents. La plupart d'entre eux sont toujours confus. Leurs visages sont simplement différents. Ce sont des personnes différentes.

Lindsey : Avez-vous parlé avec l'un d'entre eux?

Julia : Ouais. Beaucoup d'entre eux viennent d'arriver. Ceux qui sont ici depuis plus longtemps ne parlent pas beaucoup. Ils se contentent juste d'avoir le regard fixe et de marmonner à eux-mêmes.

Julia : Il y a une femme dans la soixantaine ici. Quelqu'un m'a dit qu'elle était arrivée ici quand elle était petite.

Julia : Apparemment, elle a essayé de s'échapper une fois.

Julia : Alors ils lui ont fait quelque chose.

Julia : Et maintenant, elle ne fait plus grand chose.

Julia : Elle regarde simplement par la fenêtre et bave.

Lindsey : C'est une raison de plus pour être aussi prudente que possible, n'est-ce pas ?

Julia : Oui, c'est vrai. Ils m'ont dit que je verrai un docteur demain.

Julia : Je devrais y aller. J'ai besoin de dormir. Je vous enverrai un message plus tard.

Lindsey : Très bien, je serai là Julia.

Lindsey : Essayez de jouer à Flappy Bird le moins possible, d'accord ? ;)

Julia : <3

Julia : Rapport du jour. Je vais essayer de faire vite. Veut conserver de la batterie.

Lindsey : Salut ! Je suis là.

Julia : Pareil qu'avant. Il fait sombre dehors. Il n’y a que des patients différents en bas. Même la femme de 60 ans est partie.

Julia : J'ai vu trop de visages différents. Il est impossible qu'ils soient tous dans cet endroit.

Julia : J'ai rencontré le docteur aujourd'hui. On a parlé pendant vingt minutes.

Julia : Je lui ai demandé quand je pourrais partir. Il a dit : Après que nous vous avons guérie.

Julia : Je lui ai demandé ce que ça putain de signifiait. Il m'a répondu : C'est à vous de décider

Julia : Alors, j'ai dit : Bien, dans ce cas, je ne peux pas décider que je suis guérie ?

Julia : Il n'a pas trouvé ça drôle.

Julia : Je lui ai demandé à propos des différents visages.

Julia : Il a juste dit : Intéressant.

Julia : Ce connard agit comme si j'étais folle.

Lindsey : Soyez prudente. Ne les contrariez pas. Dites leurs ce qu'ils veulent entendre. Nous ne savons pas ce que sont ces personnes. Nous ne savons même pas si ce sont des personnes.

Julia : Ouais. La façon dont il m'a regardée après cette blague…

Julia : Je vais jouer leur jeu. Je vais faire semblant d'être une gentille fille.

Lindsey : D'accord. Nous continuons de travailler sur un plan pour vous sortir de là.

Julia : Est-ce même possible ?

Lindsey : Eh bien, nous pouvons communiquer, cela signifie que quelque chose doit marcher… qu'il existe, eh bien, probablement un moyen de vous faire revenir.

Julia : J'aimerais vraiment. La nourriture ici est horrible.

Julia : Dois y aller, y a des bruits de pas.

Lindsey : Soyez prudente.

Julia : Salut

Lindsey : Salut !

Lindsey : Alors, nous avons peut-être de bonnes nouvelles.

Lindsey : Je pense que nous avons compris pourquoi cela vous a enlevé.

Lindsey :Je sais que c'est une grossière violation de la vie privée — sans mentionner les régulations de l'HIPAA — mais j'ai fouillé quelques dossiers personnels, en échange de quelques faveurs. J'ai découvert que parmi toutes les personnes assignées à ce SCP, vous êtes la seule qui ai déjà était admise dans un institut psychiatrique.

Lindsey : Nous pensons que, peut-être, lorsque quelqu'un est ici, SCP-3054 le "compte" comme un interné d'un institut. Mais seulement si vous avez déjà été interné avant.

Lindsey : Si nous avons raison, cela signifie que nous savons comment y envoyer des gens. Et puisque vous avez votre portable avec vous, cela signifie que nous pourrions vous envoyer quelqu'un avec quelque chose de plus utile. Peut-être quelque chose qui peut vous faire revenir avec tous les autres.

Lindsey : Ce n'est pas une solution mais bon c'est un début.

Lindsey : Julia ?

Julia : Ouais

Julia : Ouais, c'est bien

Julia : J'ai vraiment besoin de partir

Lindsey : Est-ce que ça va ?

Julia : J'ai commencé les médicaments il y a quelques jours

Julia : J'ai pas les idées claires, j'ai du mal à me rappeler de cette merde

Julia : Désolé, c'est compliqué de se concentrer.

Julia : C'est pour ça que je n'ai pas envoyé de message. J'ai passé beaucoup de mon temps à dormir.

Lindsey : Non, c'est bon, je comprends.

Julia : Je suis allé parler plus aux autres patients

Julia : Beaucoup d'entre eux ne se rappellent même pas de la première fois où ils sont venus ici. Je crois que c'est les médicaments, mais j'en sais rien. C'est peut-être l'endroit

Julia : L'un d'entre eux m'a dit que l'on peut demander à partir.

Julia : On demande un juge, et on plaide notre cas, le juge peut décider de nous laisser partir.

Julia : J'ai demandé si quelqu'un est déjà sorti de cette manière. Mais personne n'a semblé réellement savoir ou se souvenir.

Julia : J'ai demandé si quelqu'un était sorti TOUT COURT

Julia : J'ai eu la même réponse

Julia : Je pense que beaucoup d'entre eux ont abandonné. Ils regardent simplement par la fenêtre et mâchent leurs pilules

Julia : Mais je n'abandonne pas

Julia : Je ne vais pas mourir dans cet endroit

Lindsey : Ne vous inquiétez pas. On va vous sortir de là. Promis.

Julia : J'ai demandé un juge ce matin. Je le vois demain.

Lindsey : Êtes-vous sûre que c'est sage ?

Julia : C'est ma seule chance. Je vais la saisir. Je ne peux pas rester dans cet endroit, c'est

Julia : Ce n'est même pas l'Enfer. Au moins, l'Enfer peut être intéressant.

Julia : On attend simplement de mourir

Lindsey : D'accord. S'il vous plaît soyez prudente. Nous ne savons toujours pas contre quoi nous agissons là.

Julia : Je le serai.

Julia : Vais dormir. Bonne nuit.

Lindsey : D'accord. Bonne nuit. Restez prudente.

Julia : Putain

Lindsey : Julia ?

Julia : Putain putain putain

Julia : Putain

Lindsey : Qu'est-ce qui ne va pas ?

Julia : Putain

Lindsey : Parlez-moi, Julia. S'il vous plait.

Julia : Ça n'a pas marché

Julia : Ils ont doublé ma dose de médicaments avant que je vois le juge.

Julia : J'insulte tout le monde et il se contente de me fixer.

Julia : Ensuite, un groupe de médecins que je n'ai jamais vu est arrivé

Julia : Ils ont commencé à discuter du fait que je ne parlais pas avec les autres patients

Julia : Ou que je ne me douchais pas

Julia : Ni brossais mes cheveux

Julia : Putain

Julia : Me doucher ? Je n'ai même pas d'autres vêtements que l'ensemble que vous m'avez donné putain de connards

Julia : Je n'ai même pas de brosse à cheveux comment je suis censée pouvoir brosser mes putains de cheveux ?

Julia : Et personne ne m'a dit que je devais parler plus aux patients

Julia : Ils ne m'ont jamais rien dit

Julia : Puis ils ont parlé de la merde que j'ai dit au docteur

Julia : Du genre, que j'ai dit que les visages changeaient

Julia : Ils me faisaient passer pour une folle

Julia : JE NE SUIS PAS UNE PUTAIN DE FOLLE

Lindsey : Je sais. Vous n’êtes pas folle, Julia.

Julia : Le juge a dit

Julia : Qu'il me laisserait le choix

Julia : Il peut prendre une décision maintenant, ce qui veut dire que

Julia : Soit il me laisse sortir ou il me garde encore 6 mois de plus.

Julia : Ou alors je peux "accepter" de rester 3 mois et demander à le revoir après

Julia : Et je

Julia : je ne putain de pouvais pas

Julia : J'étais morte de peur, je me suis simplement effondrée.

Julia : Je me sens si mal

Julia : Je suis en train de pleurer

Julia : Qu'est-ce qui va pas avec moi

Lindsey : Julia, calme toi. S'il te plaît. Je ne pense pas que tu puisses partir de cet endroit toi-même. Je pense que tu as besoin de te focaliser sur le fait que nous devons garder la tête froide pendant que nous cherchons un moyen de te faire sortir, d'accord ?

Julia : Non, tu comprends pas

Julia : Je suis coincée ici pour 3 autres mois, j'ai accepté

Lindsey : Julia.

Lindsey : Je me fiche de ce que tu leur a dit.

Lindsey : Dès qu'on aura trouvé un moyen de te ramener à la maison, on te ramènera à la maison

Lindsey : Je me fiche de savoir s'il faut détruire tout ce foutu endroit.

Lindsey : On te ramènera à la maison.

Lindsey : D'accord ?

Lindsey : Julia ?

Julia : D'accord

Julia : Je suis désolée, j'ai foutu en l'air cette chance

Julia : J'aurais dû rien dire

Lindsey : Julia, t'as rien fait de mal. Relaxe. Quelque soit la chose qu'il t'arrive, ce n'est pas ta faute. C'est cet endroit… il n'est pas sain. D'accord ?

Lindsey : Julia ?

Julia : D'accord

Julia : Je vais dormir

Julia : S'il te plaît ramène-moi à la maison

Julia : Je veux juste rentrer chez moi

Lindsey : On te ramènera. Je te le promets.

Addendum 3054.2: Enregistrements vocaux

Les enregistrements audios suivant sont des appels téléphoniques reçus par le docteur June Lindsey provenant du téléphone de Mme Owens.

AVANT-PROPOS : Le docteur Lindsey a reçu l'appel suivant à 21h12.


<Début de l'audio.>

VOIX 1 : Salut ?

VOIX 2 : (chuchote) Lindsey. C'est Julia.

VOIX 1 : Julia ? Que se passe-t-il ? Pourquoi appelles-tu ? Est ce que ça va ?

VOIX 2 : Je me suis échappée.

VOIX 1 : Tu… où es-tu ?

VOIX 2 : Je suis en dehors de l'établissement. C'est sombre mais je suis dehors. Je suis putain de dehors. J'ai fais semblant de prendre mes médocs pendant quelques jours, en les cachant sous ma langue et j'ai réussi à voler une lime à ongles. Je l'ai utilisée pour limer l'un des barreaux de ma fenêtre.

VOIX 1 : D'accord. D'accord, Julia. Je suis en train de prévenir le personnel, donne-moi un moment. Nous allons faire une recherche dans les bois autour de l'établissement. Donne-moi une seconde.

VOIX 2 : (chuchote) Je me déplace, mais ça va être long.Tu sais que les gens ne peuvent pas marcher en lignes droites ? J'ai appris ça à la télé. Mythbusters, je crois ? Mais si vous prenez votre temps, vous pouvez vous en approcher. Vous devez juste utiliser quelque chose comme point de référence. J'utilise les arbres. Les arbres alignés, il faut marcher entre eux…

VOIX 1 : (étouffée, distante) Kappa-7, C'est le Dr Lindsey. Revenez.

VOIX 2 : (Riant) Ohlala, Peux-tu imaginer… ? Si ma vie était sauvée par la télé ? La télé et une lime à ongle.

VOIX 1 : (étouffée, distante) J'ai besoin que vous commenciez à fouiller l'intérieur du périmètre. Nous pensons qu'une des nôtres pourrait être dans les bois.

VOIX 2 : (rires se transformant en sanglots étouffés)

VOIX 1 : Julia…?

VOIX 2 : (reniflant) Ça va. Je vais bien. Simplement, putain, je suis tellement contente d'entendre ta voix. La voix de quelqu'un. Mais la tienne, spécialement. Je commençais à penser que tu n'étais même pas réel. Ils n'allaient jamais me laisser sortir, Lindsey. C'est… si horrible. Tout est si horrible ici. Nous devons sortir tous les autres de là. Nous ne pouvons pas les laisser

VOIX 1 : Continue de me parler, Julia. Continue d'avancer en ligne droite. Continue d'utiliser les arbres. Il y a une clôture, à environ un kilomètre. Nous avons des gens qui patrouillent par là.

VOIX 2 : (Riant, à nouveau) Je vais prendre dans mes bras les premières personnes que je verrais. Simplement les prendre dans mes bras et commencer à les embrasser. Peu importe que ce soit des garçons, des filles, ou autre. Je m'en fous. Bordel. Je vais les épouser.

VOIX 1 : Et bien, euh… (riant) Simplement, euh. Peut-être préviens-les un peu, avant ? Je veux dire, ils sont armés.

VOIX 2 : (chuchotant) Le pire… Le pire, c'est comment ils agissent comme si vous pouviez partir. Si c'était juste sans espoir, s'ils vous disaient simplement que vous ne partirez jamais, vous pourriez l'accepter. Mais ils vous font garder espoir. Vous torturent avec ça. Je-

(silence)

VOIX 1 : Julia ?

VOIX 2 : Je vois une lumière. Juste devant. Hé ! Hé ! Par ici !

VOIX 1 : Sois prudente. Lève tes mains. Laissez-les te voir.

VOIX 2 : Ça bouge pas. La lumière ne bouge pas. Y a-t-il-

VOIX 1 :Ce sont des lumières de périmètre. Autour de la clôture. Oui. Il suffit de l'atteindre et d'y rester.

VOIX 2 : (chuchotant) Dieux merci, merci putain de Dieu, je supporterai n'importe quoi pour ça, n'importe …

(silence)

VOIX 1 : … Julia ?

VOIX 2 : (gémissant) Non.

VOIX 1 : Julia ? Qu'est-ce qui ne va pas ?

VOIX 2 : (gémissant) Non, non, non—

VOIX 1 : Julia, parle-moi.

VOIX 2 : Je suis… Je suis devant la porte d'entrée. Ça ne — comment je peux être arriver devant la porte, ça n'a aucun sens, je ne me suis pas éloignée

(Son d'une porte s'ouvrant.)

VOIX 1 : Julia !

(La Voix 2 commence à sangloter en parlant de manière incohérente)

<Fin de l'audio.>

AVANT-PROPOS : Le Dr Lindsey a reçu l'appel suivant à 13h05.


<Début de l'audio.>

VOIX 1 : Allô ? Julia ? C'est toi ?

(silence)

VOIX 1 : Julia, t'es là ? Qui est à l'appareil ?

VOIX 2 : Salut.

VOIX 1 : Julia ! Julia, ça va ? T'as pas répondu à mes SMS.

VOIX 2 : J'avais mieux à faire.

VOIX 1 : T'as l'air… Qu'est ce qui cloche avec ta voix ?

VOIX 2 : C'est bien. Je comprends, maintenant.

VOIX 1 : Qu'est-ce qui est bien ? Qu'est-ce que tu comprends ?

VOIX 2 : Tu fais partie de ma maladie.

VOIX 1 : Quoi ?

VOIX 2 : Tu n'est pas réelle. Tu es une voix dans ma tète.

VOIX 1 : Qu'est ce que tu racontes ?

VOIX 2 : Je pensais qu'ils ne savaient pas à propos de toi. Je pensais qu'ils ne savaient pas que je te parlais. Mais ils le savaient durant tout ce temps.

VOIX 1 : Julia, s'il te plaît. Peu importe ce qu'ils t'ont dit, ce n'est pas vrai.

VOIX 2 : Je pensais que j'étais intelligente, en volant cette lime à ongle, en essayant de m'échapper. Mais ils me testaient. Ils ont laissé la lime à ongle sortie pour que je la trouve. Ils voulaient que je vois par moi-même. Ils voulaient que je vois à quel point je suis malade.

VOIX 1 : S'il te plaît, arrête. S'il te plaît. Écoute-moi. Tu n'est pas malade. Tu n'est pas folle.

VOIX 2 : Je ne vous parle plus que dans le cadre de mon traitement. Mais après cela, je ne vous parlerai plus. Je dois me concentrer pour aller bien. Je dois les laisser me guérir.

VOIX 1 : S'il te plaît ne fais pas ça. S'il te plaît arrête. Tu ne peux pas les laisser gagner.

(distante, voix inintelligible)

VOIX 2 : (étouffée) Oui. Oui, monsieur.

VOIX 1 : Julia ?

VOIX 2 : Le docteur aimerait que je te transmette un message.

VOIX 1 : Julia, s'il te plaît, arrête. S'il te plaît. On va venir pour toi.

VOIX 2 : Il me dit de vous dire, de dire à vos superviseurs, de dire à leurs superviseurs, de dire à toute l'organisation.

VOIX 1 : S'il te plaît, arrête, je vais te sortir de là, je te promets -

VOIX 2 : Vous êtes malades. Vous êtes brisés. Nous allons vous guérir.

<Fin de l'Audio.>

À partir de cette date, aucune des tentatives de contact du téléphone de Mme Owens n'a réussi.

Addendum 3054.3 : Les e-mails suivants sont renseignés afin de donner le contexte de l'incident du 05/07/2010.

DATE : 21/06/2010
DE : Directeur Browning <noitadnuof.pcs|gninworbb#noitadnuof.pcs|gninworbb>
POUR : Dr Lindsey <noitadnuof.pcs|yesdnilj#noitadnuof.pcs|yesdnilj>
OBJET : Re : Mises à jour du rapport


Bien qu'il soit clair que Mme Owens ait été enlevée par SCP-3054, les seuls détails que nous ayons à propos de cette "dimension alternative Cragstaff" proviennent de ses SMS et de ses appels téléphoniques. Et comme vous l'avez vous-même découvert, Mme Owens est une schizophrène en convalescence (reste à comprendre comment l'ASIA a raté ça). Son témoignage est anecdotique, au mieux. À ce stade, notre connaissance de cette dimension est purement spéculative.

Et nous ne traitons pas dans la spéculation. Nous traitons des faits froids et solides. Personne en dehors du personnel de Classe D ne s'introduit dans SCP-3054 jusqu'à ce que nous soyons raisonnablement certains de pouvoir les ramener. Récupérer Mme Owens est une priorité absolue, tout comme la protection des agents de la Fondation, ici et maintenant. Je ne vais pas envoyer du personnel armé dans une dimension dont nous ne connaissons rien. Nous avons besoin de plus de données.

De plus, étant donné la possibilité que la nature de SCP-3054-A puisse cibler des sujets atteints d'une maladie mentale connue, je rejette votre demande de traitement psychiatrique - pour des raisons qui devraient être absurdement claires. Au lieu de cela, je vous donne deux semaines de congé payé. En vigueur immédiatement.

Prenez du repos, June. Oubliez Mme Owens ; laissez-nous gérer. Demandez des amnésiques si vous en avez besoin.

Peu importe le temps que cela prendra — revenez en pleine forme. Nous avons du travail.

DATE : 05/07/2010
DE : Chercheur Phyllis <noitadnuof.pcs|sillyhpb#noitadnuof.pcs|sillyhpb>
POUR : Directeur Browning <noitadnuof.pcs|gninworbb#noitadnuof.pcs|gninworbb>
OBJET : Incident (contactez-moi IMMÉDIATEMENT)


Si vous lisez ça, soit vous savez déjà ce qui se passe (dans ce cas, ignorez ça) ou vous allumez votre ordinateur avant de vérifier votre téléphone (dans ce cas, arrêtez ce que vous faites et appelez-moi IMMÉDIATEMENT. Vous pouvez continuer à lire pendant que le téléphone sonne.)

Le docteur Lindsey a disparu. C'est arrivé juste après qu'elle soit revenue de vacances. Elle est entrée dans SCP-3054-A, a dit quelque chose sur le fait de vouloir vérifier une intuition, puis… une heure plus tard, personne ne pouvait la joindre.

Trois heures plus tard, nous la cherchions toujours. Soudainement, l'une des structures situées du côté ouest de SCP-3054-A s'est effondrée. Comme si quelqu'un avait creusé un putain de trou.

Nous avons tous essayé de vous appeler et nous vous avons laissé 5 messages vocaux et plus de 20 SMS - et c'est à ce moment que quelqu'un a trouvé la note. June l'a laissée sur son bureau peu après son entrée dans SCP-3054-A. Je l'ai scanné et envoyé une copie sur votre téléphone, mais je l'inclurai ici pour que vous puissiez la voir.

Si vous lisez ceci, alors je suis déjà partie.

Laissez-moi vous raconter mes vacances !

J'ai passé des moments merveilleux. J'ai vu de la famille. Regardé quelques films. Emprunté le pistolet de mon père. Réussi à me procurer des grenades. Fait un voyage vers le rivage. Trouvé un institut psychiatrique qui m'a admis du jour au lendemain pour une "aide psychologique au deuil".

Je rentre dedans. Et soit Julia revient avec moi… soit je ne reviens pas du tout.

Le personnel de la Fondation doit continuer à surveiller les établissements psychiatriques d'Amérique du Nord afin de déterminer si un changement a eu lieu dans SCP-3054.

révision de page: 6, édité la dernière fois: 25 Jun 2019 13:27
Unless otherwise stated, the content of this page is licensed under Creative Commons Attribution-ShareAlike 3.0 License

Privacy Policy of website