nn5n Foundation
Branch of SCP Foundation
nn5n: scp-1510 Le Légionnaire Ternis
SafeSCP-1510 Le Légionnaire TernisRate: 179
SCP-1510
roma.jpg

SCP-1510

Objet # : SCP-1510

Classe : Sûr

Procédures de Confinement Spéciales : SCP-1510 doit être conservé dans un compartiment de stockage standard dans la section de Confinement d'Artefact du Site 19, gardé sec et au frais pour prévenir tout dommage au métal fragile. Il doit être poli et son état de rouille doit être inspecté toutes les deux semaines. Un membre du personnel de Classe-D doit porter SCP-1510 durant deux (2) heures chaque jours, afin de donner accès aux intervieweurs et à l'équipe de santé mentale à SCP-1510-1. Si SCP-1510-1 montre un comportement violent, cette procédure peut être révoquée à la discrétion du Dr. Stevenson, le superviseur du projet Resurgum.     

Description : SCP-1510 est un casque d'infanterie romaine standard en bronze datant des Réformes Marianiques de l'an 107 av. J.C. Le casque ne porte aucune marque le distinguant des autres casques similaires, et montre des signes de vieillissement cohérents. Le casque ne montre pas de propriétés anormales tant qu'il n'est pas porté par un homme entre 28-35 ans, en grande partie à cause de la nature de l'entité résidant dans le casque (en l’occurrence SCP-1510-1). Quand il est porté par un homme d'âge approprié, SCP-1510-1 va se manifester, prenant entièrement le pas sur la personnalité du porteur jusqu'à ce qu'il soit enlevé, auquel cas il reviendra à la normale. Le porteur n'aura aucun souvenir du moment où l'entité avait le contrôle de son corps. Des scans subséquents ne révèlent aucun effet résiduel sur la chimie du cerveau ni aucun résidu restant de la personnalité de SCP-1510-1.

Lorsqu'on s'adresse à lui, SCP-1510-1 va s'identifier lui même, en Latin classique de dialecte d'Italie Centrale, comme Publius Carthephilus Aetius, un soldat romain anciennement sous les ordres du Consul Gaius Marius, qui se battit dans la Guerre de Jugurtha et mourût dans d'obscures circonstances la nuit suivant le triumphus de cette guerre (voir les enregistrements d'interview).

SCP-1510 fut retrouvé après que la Fondation ait intercepté des rapports d'un homme portant un antique casque romain qui se déchaînait dans les rues de ██████, Italie. L'homme hurlait des insultes en latin et attaquait les passants avec une bêche, et après avoir été arrêté et s'être vu retirer son casque, ne montra aucun souvenir des événements ni aucune capacité à parler Latin. La Fondation retrouva le casque et captura l'homme, un pilleur de tombe connu, qui fut envoyé dans un asile après avoir été questionné et s'être vu administré des amnésiques de Classe-C. Les premiers tests de SCP-1510 se sont révélés infructueux, jusqu'à ce qu'un membre du personnel de Classe-D d'un âge acceptable soit choisit. Tout d'abord, le membre du personnel portant le casque montra des signes d'agressivité et de confusion et refusa de communiquer avec les équipes de recherche, mais après quelques tests l'agressivité de SCP-1510-1 se calma et le sujet devint plus coopératif, ce qui rendit les entrevues possibles.

Addendum SCP-1510-1-1 : Ce qui suit est la transcription des sixième et septième tentatives de communiquer avec SCP-1510-1. Il s'agit des premiers interviews réussis du sujet.  

 Interviewé: SCP-1510-1 (utilisant le corps de D-1510-13) 
 
 Intervieweur(s) : Dr. ████, Dr. ██████ (traducteur) 
 
 Avant-propos : Toutes les tentatives précédentes de commencer une conversation avec SCP-1510-1 ont résulté en une tentative d'attaque du sujet sur le personnel de recherche immédiatement après avoir pris possession de D-1510-1.

 <Début de l'enregistrement>
 
 Dr. ████ : Bonsoir, SCP-1510-1. Je suis ravi de voir que vous avez accepté de coopérer. 

 SCP-1510-1 : Je m'excuse pour mon comportement précédent. Vous devez comprendre, tout ceci n'est pas facile à accepter. 

 Dr. ████ : J'imagine. Répondriez-vous à quelques questions ? 

 SCP-1510-1 : Je répondrais du mieux que je peux, ce qui ne sera pas beaucoup, je le suspecte.  

 Dr. ████ : Très bien. Pourriez vous décrire les événements qui ont menés à votre état actuel ?  

 SCP-1510-1 : La Guerre en Numidie était enfin terminée, et le Consul ramenait le Roi Jugurtha à Rome couvert de chaînes. Son Quaestor, Sulla, m'a ordonné à moi et au reste de ma cohorte de garder le roi capturé sur le chemin du retour. Nous avons tiré à la courte paille pour le tour de garde, et j'ai obtenu la dernière nuit avant le triumphus, ce qui était une date de merde. Je devais garder le bâtard pendant que le reste allait faire la fête. 

 Dr. ████ :  Qu'est-il arrivé cette nuit là ? 

 SCP-1510-1 : Jugurtha a demandé mon nom, puis a essayé de me persuader de le laisser partir. Il a essayé de plaider, de me soudoyer, de me menacer, tout pour éviter le destin qui lui était réservé. Quand il a vu qu'il n'irait nulle part avec moi, il a commencé à me maudire. Les mots les plus ignobles que j'ai jamais entendu.

 Dr. ████ : Qu'a-t-il dit ? 

 SCP-1510-1 : Il a utilisé cette vieille formule rituelle. Je me souviens de chaque mot: "Esprits de l'autre monde, je vous consacre et vous remets, si vous avez quelque pouvoir, Publius Carthephilus Aetius. Esprits de l'autre monde, je vous consacre ses membres, sa tête, son ombre, son cerveau, sa bouche, son nez, sa parole, son souffle, son foie, son cœur, ses poumons, ses intestins, son estomacs, ses bras, ses mains, ses genoux, ses talons, ses orteils. Esprits de l'autre monde, si je le vois dépérir, je jure que je serais ravi d'offrir un sacrifice à vous, un sacrifice de roi."

 Dr. ████ : Qu'avez vous fait ?

 SCP-1510-1 : Je l'ai frappé. Fort. Les malédictions comme ça ne sont pas à prendre à la légère.

 Dr. ████ : Et ensuite ?

 SCP-1510-1 : Le jour suivant nous faisions parader Jugurtha dans les rues de Rome, couvert de chaînes et disgracié. Les citoyens lui ont arraché ses vêtements et ses bijoux, lui arrachant même un lobe avec une boucle d'oreille. Il ne semblait pas s'en soucier. Tout ce temps, il me fixait, souriant même quand on l'a jeté dans le Tullianum pour mourir de faim. Cette nuit là, moi et mes camarades célébrions notre victoire.
 
Dr. ████ : Et comment l'avez vous célébré ?

SCP-1510-1 : Boissons, festins, prostituées, tout ce qu'un homme pourrait vouloir. Je me suis évanoui dans une allée à un moment dans les premières heures de la matinée. Quand je me suis réveillé, je — [le sujet semble éperdu]. Je préférerais ne pas en parler.  

 Dr. ████ : SCP-1510-1, si vous voulez que nous vous aidions, nous devons comprendre exactement ce qui vous est arrivé. Continuez s'il vous plaît. 

SCP-1510-1 : [réticent] Très bien. Quand je me suis réveillé, j'ai trouvé mon corps en train de pourrir. Mes bras et mes jambes étaient purulents, gangrenés. Mon ventre avait été grand ouvert comme par un animal sauvage, et grouillait d'asticots et de mouches. Un corbeau faisait un festin de mes yeux, et mon nez était parti, mais je pouvais toujours voir et sentir, sentir chaque infime partie du tourment que mon corps endurait. Même longtemps après, je me souviens de chaque instant de celui-ci.

Dr. ████ : Veuillez continuer. 

 SCP-1510-1 : [hésitant, anxieux] S'il vous plaît, pas plus. Ce qui est arrivé ensuite… Je ne peux pas. Je ne peux pas! S'il vous plaît, donnez moi un peu de temps. Donnez moi l'obscurité.

 Dr. ████ : Très bien. Nous continuerons demain. 

 <Fin de l'enregistrement>

 Déclaration de clôture : SCP-1510 a été retiré de D-1510-1513 avec le consentement de SCP-1510-1. Après le retrait, D-1510-1513 n'a montré aucun souvenir de l'entrevue.

 Interviewé : SCP-1510-1 (utilisant le corps de D-1510-13) 
 
 Intervieweur(s) : Dr. ████, Dr. ██████ (traducteur) 
 
 Avant-propos : Cet interview prend place le jour suivant l'interview SCP-1510-1-6. 

<Début de l'enregistrement>

Dr. ████ : Bonjour, SCP-1510-1. J'espère que vous vous sentez mieux.

SCP-1510-1 : C'est le cas, merci. L'obscurité… ça aide. Je suis prêt à continuer. 

Dr. ████ : Excellent. Allons-y. 

SCP-1510-1 : Je me suis regardé pourrir pendant des heures. La douleur était intolérable, mais je n'ai pas perdu conscience. Je ne pense pas que j'en étais encore capable. J'étais piégé dans une prison de chair mourante, sentant son agonie mais complètement incapable de la contrôler. Incapable de mourir. Finalement, j'ai été découvert. Deux mendiants me sont tombés dessus dans le noir, et quand ils ont vu ce que j'étais devenu, ils ont fui et son revenus avec un haruspice. Lorsqu'il est arrivé, il a effectué son saint art sur moi. Il ne pouvait pas savoir que je sentais chaque coup de sa lame.

Dr. ████ : Son saint art ? Vous voulez parler d'haruspicine ? A ma connaissance, c'était seulement effectué avec des animaux. 

SCP-1510-1 : A ce moment là je n'étais plus que ça pour lui. Il a dit que j'étais marqué par les Furies, un héraut de la tyrannie réincarné. Il l'a vu dans mes entrailles. Après avoir fini, il a ordonné aux mendiants de me déplacer hors de Rome, ainsi ma présence nauséabonde ne pourrait pas infecter la ville plus longtemps. Toujours en uniforme, ils m'ont enterré dans un site de sépultures abandonné à l'extérieur de la ville. J'ai pensé qu'ils sentaient qu'ils me devaient bien ça. Après ça, il n'y avait plus que la présence de mon corps s'estompant lentement, et finalement plus rien. Ce fut la paix et le vide. Jusqu'à ce que je sois réveillé. Plus rien n'était pareil.

Dr. ████ : Décrivez votre expérience du premier "éveil", si vous voulez bien.  

SCP-1510-1 : Après mon long sommeil, le retour soudain des sensations était comme être plongé dans un torrent gelé. Je me suis réveillé dans une petite pièce sale qui sentait la nourriture pourrie et la sueur. Mon corps me semblait étranger, comme si je m'étais glissé dans la peau de quelqu'un d'autre et que je le contrôlais comme une marionnette. Rien n'était familier. La salle était remplie de bruits tapageurs et de lumières brillantes, c'était insupportable. Quand j'ai fui à l'extérieur, c'était encore pire. Des cornes hurlantes, des lumières multicolores et aveuglantes, tout était étranger, tout était étrange. J'ai paniqué. Je voulais que tout ça s'en aille, alors j'ai attrapé la chose la plus proche qui ressemblait à une arme. Vous connaissez le reste. Une fois capturé, je suis retourné à l'obscurité, au silence. Jusqu'à ce que vous me réveilliez à nouveau.

Dr. ████ : Pourquoi avez vous décidé de coopérer ?

SCP-1510-1 : Je réalise à présent qu'on m'a donné une seconde chance. Les dieux ont finalement eu pitié de moi. Je ne peux pas me permettre de gâcher cette opportunité. Ils m'ont ramené à la lumière pour une raison, et je trouverais laquelle. Par Jupiter et par Junon, je le jure.

Dr. ████ : Peut-être pouvons nous aider.

Déclaration de clôture : Il est recommandé de poursuivre les entrevues avec SCP-1510-1. En apprendre plus sur cette "malédiction" devrait être la priorité.

<Fin de l'enregistrement>

Addendum SCP-1510-1-2 : SCP-1510-1 continue d'être coopératif, et a accordé aux chercheurs des indications précieuses sur les localisations et la nature de plus objets SCP possibles qu'il a rencontré durant la Guerre de Jugurtha, en Algérie actuelle. Une enquête est en cours. Aucune information supplémentaire sur la cause de la condition de SCP-1510-1 n'a été découverte à ce jour.

révision de page: 11, édité la dernière fois: 13 Dec 2016 15:54
Unless otherwise stated, the content of this page is licensed under Creative Commons Attribution-ShareAlike 3.0 License

Privacy Policy of website