nn5n Foundation
Branch of SCP Foundation
nn5n: scp-2480 Un rituel inachevé
SafeSCP-2480 Un rituel inachevéRate: 156
SCP-2480

Objet # : SCP-2480

Classe : Sûr Keter Supposé neutralisé

Procédures de Confinement Spéciales : Le site de recherche dimensionnel 13 a été construit à côté du manoir Bodfel, où se trouve l'anomalie SCP-2480. L'approche du manoir par des civils doit être empêchée par des moyens non violents. Des amnésiques de classe A, B et C peuvent être utilisés à la discrétion des agents de terrain. Le déplacement ou la mise en quarantaine de la population aux abords de SCP-2480 s'étant révélés impossibles, le personnel de la Fondation y a été intégré. Les rumeurs et affirmations au sujet de manifestations anormales étant la meilleure source d'informations concernant SCP-2480, les agents doivent enquêter sur chacune de celles dont ils auraient connaissance. La Force d'Intervention Mobile Epsilon-6 ("Idiots du village") a infiltré la communauté et doit rester à l'affût de toute manifestation anormale. Le Force d'Intervention Mobile Psi-9 ("Ceux qui regardent l'Abîme") doit rester en attente d'une Émanation. L'usage de la force est autorisé, et toute manifestation anormale doit être éliminée sans sommation.

Description : SCP-2480 est supposé être une anomalie dimensionnelle située à ███████, une ville cotière fortement boisée de 12000 9000 habitants, dans le Massachusetts. SCP-2480 a vraisemblablement été créé par accident le 28 novembre 1952, lorsque des agents de la Coalition Mondiale Occulte ont interrompu le déroulement d'un rituel. Bien que l'objectif du rituel reste à ce jour inconnu, la Fondation est parvenue à la conclusion que l'anomalie est une conséquence de l'ineptie et de la brutalité de l'opération menée par les agents de la CMO.

SCP-2480 semble être centré sur le manoir Bodfel, dans lequel Cornelius P. Bodfel III (1866-1952)1 - un industriel millionnaire qui éprouvait un grand intérêt pour l'occulte - a passé la fin de sa vie. Avant son décès, Bodfel était le chef d'une société secrète appelée l'Éveil d'Adytum. Considérée comme présentant peu d'intérêt par la Fondation en 1932, car elle ne semblait être qu'un simple "club de la bourgeoisie décadente", les capacités anormales de ses membres n'ont été reconnues qu'après l'incident du 28 novembre 1952.

Leur mission s'étant soldée par un échec critique, il n'y avait aucun survivant à interroger parmi les agents de la CMO. Cependant, des documents ont été retrouvés par la suite dans un refuge de la CMO à ███████. Il semble que les agents de la CMO aient tenté de détruire ces documents avant de lancer la mission. Un rapport déchiré (la seconde moitié est manquante) auquel une photo était attachée par une agrafe a été découvert au fond d'un foyer, parmi une grande quantité de cendres. Tous les autres documents sont supposés incinérés.

2480-KTE-0452.jpg

Seule photographie connue de EDC-0452 (premier plan).2

ID de menace : EDC-0452-Noir - "Grand Karciste Ion"3

Niveau de réponse autorisé : 4 (menace sérieuse); élimination en cours

Description : EDC-0452-Noir (ci-après nommé "le sujet") est une entité dangereuse humanoïde d'apparence variable. Le sujet apparaît le plus souvent dans des habits de clerc, portant un bâton. Le sujet peut disparaître et réapparaître à volonté, modeler et manipuler la matière organique, altérer la réalité (Voir Document 37B4), et est possiblement immortel d'un point de vue biologique. Bien que le sujet ait été classé en tant qu'humanoïde, il n'est vraisemblablement pas humain (la possibilité qu'il ait pu l'être par le passé est toujours sujette à controverse).

Le profil psychologique fait état de perversion narcissique et de mégalomanie. Le sujet est soupçonné d'avoir fondé des "Cultes Sarkiques" un peu partout sur terre. Se référer à Du Sarkicisme pour plus de détails.5

2480-Bodfel.jpg

Le manoir Bodfel

Il est supposé a été vérifié que les agents de la CMO avaient l'intention d'assassiner la Pd'I-93. Étant donné que la Pd'I-93 n'a pas été retrouvée parmi les corps, il est peu probable que la CMO ait atteint son objectif. La Fondation a eu connaissance de SCP-2480 après avoir intercepté et décodé un appel de détresse de la CMO, puis avoir envoyé une équipe pour enquêter. Trente-six corps ont été retrouvés en plusieurs endroits du bâtiment ; parmi lesquels huit ont par la suite été identifiés comme étant des agents de la CMO. En dehors de cinq d'entre elles6, toutes les victimes étaient visiblement mortes de causes anormales comprenant implosion, désintégration, et reconfiguration corporelle non viable.

SCP-2480 est présumé être une anomalie dimensionnelle qui ne peut pas être directement perçue. Cet effet mental interfère avec la perception de telle manière qu'il ne peut être détecté que par l'usage de produits altérant la perception et/ou en en observant directement l'impact sur la réalité avoisinante. Les altérations de la réalité étaient subtiles et ne concernaient que le manoir Bodfel - se manifestant par des configurations internes impossibles (intérieur plus grand que l'extérieur ne le suggère, architecture non euclidienne, et apparition de pièces et couloirs n'existant pas auparavant).

SCP-2480 a été classé comme Sûr.

Addendum : L'enquête menée au manoir Bodfel a révélé certains éléments surprenants vis-à-vis de Cornelius P. Bodfel III et de l'organisation connue sous le nom d'"Éveil d'Adytum". D'après plusieurs journaux méticuleusement renseignés, ainsi qu'une série de photographies, Bodfel et ses disciples organisaient régulièrement des orgies mêlant viol, pédophilie, sacrifices humains et cannibalisme. Ces journaux comprenaient également des notes sur les sermons, et des listes d'invités parmi lesquels figurent des membres de la bourgeoisie, des politiciens respectés, de grands industriels, et même d'éminents religieux.

Un livre contenant des écritures religieuses copiées à la main a été retrouvé parmi les affaires de Bodfel ; son journal y faisait régulièrement référence sous le titre de Valkzaron. Le système d'écriture n'est pas encore déchiffré.

Le grand hall comporte une statue de marbre qui représente une entité à tête de lion et corps de ver. Cette statue a par la suite été étudiée par le Dr. Judith Low, conseillère principale au Département d'Analyse des Groupes d'Intérêt Historiques et Religieux, qui a confirmé qu'il s'agissait d'une représentation du Démiurge selon certaines sectes Gnostiques. Le Démiurge (aussi appelé "Yaldabaoth", "Saklas", ou "Samaël") n'a jamais été présenté sous un jour favorable au cours de l'histoire, mais semble être vénéré par l'"Éveil d'Adytum". Sur le socle de la statue, il est écrit en Grec :

2480-Oswald-1.jpg

Seule photographie officielle du directeur de site Simon Oswalt actuellement disponible.

επιθυμία είναι το μέτρο όλων των πραγμάτων . Να μη είσαι δεμένος σε μια ηθική πρόσδεση. Κανε όπως επιθυμείς, σε οποίον επιθυμείς.

"Le désir est l'unité de mesure commune à toute chose. Libère-toi des entraves de la morale. Fais ce que tu veux, à qui tu veux."

Au cours de l'année 1988, le directeur du Site 13 Simon Oswalt n'a pas envoyé son rapport biannuel concernant l'évolution de SCP-2480 (pour lequel aucun changement n'avait été signalé depuis le début du confinement). La Fondation, pensant qu'il s'agissait d'une erreur bureaucratique, tenta en vain de contacter directement le Site 13. Initialement, les agents Samuel Roe et Sarah Valentine ont été envoyés pour enquêter, mais ils ont disparu et leur sort reste inconnu à ce jour.

La Force d'Intervention Mobile Epsilon-6 ("Idiots du village")7 a été déployée à ███████ afin de rétablir le contact avec le Site-13, et de sécuriser correctement SCP-2480. Les membres de la FIM Epsilon-6 ont réussi à s'intégrer dans la population en se faisant passer pour de nouveaux habitants ou pour des touristes.

Les données superflues ont été retirées afin de raccourcir le document - transcription des informations pertinentes vis-à-vis de l'anomalie SCP-2480.

Rapport de mission, agent Myron Goldstein : jour 6

Aussi cliché que cela puisse paraître, j'ai l'impression que quelque chose ne tourne pas rond par ici. Je n'arrive pas vraiment à mettre le doigt sur ce qui cloche. Ailleurs, je n'y aurais probablement pas prêté attention. Cette nuit, j'ai vu un homme tondre sa pelouse vers minuit. Pas anormal en soi, mais c'est un comportement étrange. Peut être un excentrique. Ce matin, j'ai remarqué qu'un homme me fixait à la poissonnerie - il n'a pas cligné des yeux une seule fois.

Il y a l'odeur, aussi. Pas celle du poisson, ni de la mer ; à la fois discrète et âcre.

Rapport de mission, agent Adam Grayson : jour 11

Je ne me sens pas bien du tout dans cet hôtel. J'entends des gens courir à toute heure de la nuit. Je n'arrive pas à dormir - je n'arrête pas de vérifier le judas. La nuit dernière, j'ai voulu y regarder une dernière fois avant d'aller me coucher. J'ai vu un visage, sans pouvoir dire si c'était celui d'un homme ou d'une femme. Dès que je l'ai vue, la personne a commencé à se taper la tête contre la porte. Encore et encore.

Encore et encore. Ça n'arrêtait pas.

Rapport de mission, agent Emma Lightbody : jour 16

Je ne sais pas ce qu'attend le Commandement. Notre cible est le manoir Bodfel, mais aucun ordre n'a été donné dans ce sens ; ils savent peut être des choses que nous ignorons.

Un homme assez nerveux est venu me voir dans la rue. Il empestait le whisky, mais il semblait sincère - il m'a demandé si j'étais un agent fédéral. J'ai menti en lui disant que oui, et j'ai pu obtenir quelques informations.

Il m'a parlé de monstres dans le brouillard. "Qui hurlent leurs secrets", m'a-t-il dit. Aucune idée de ce qu'il a bien pu vouloir dire.

Il dit que c'était comme ça depuis quarante ans.

Il a été retrouvé mort le lendemain. Les autres habitants prétendent qu'il s'est noyé. Cette ville est remplie de menteurs.

Rapport de mission, agent Frank Giuseppe : jour 20

Le brouillard est épais par ici. Il pleut tout le temps. Même les arbres ont l'air déprimés. Comme dans un automne sans fin, ou un truc dans ce genre. Trop de gris, pas assez de vert. Les habitants ne sont pas très loquaces. Ils semblent se refermer sur eux-mêmes. Ce qui est plutôt étrange pour une soi disant destination de vacances. On dirait même que la plupart d'entre eux ne sourient jamais. Ils ont l'air super fatigués, aussi. Certains à tel point que c'en est inquiétant.

Aujourd'hui, j'ai eu droit à ma première rencontre bizarre. J'ai vu un groupe de gamins réunis au milieu de la rue dans la soirée. J'ai cru qu'ils jouaient à un jeu, mais dès qu'ils m'ont vu , ils se sont dispersés - en laissant derrière eux l'objet de leur attention.

C'était un chien mort. En fait, ça ressemblait à un labrador noir. J'en avais un quand j'étais gosse, et cette vision m'a fait monter les larmes aux yeux.

Je suppose que c'est une corde sensible. J'ai vu des tas de cadavres humains, sans jamais rien ressentir.

Ce n'était pas le plus étrange. C'eut été une chose qu'ils le touchent avec un bâton. C'est vrai quoi, les enfants sont curieux et tout. Mais non. C'était autre chose. La pauvre bête était écorchée et couverte de morsures. Il en manquait de gros morceaux.

Ces gamins en avaient fait leur putain de goûter.

Rapport de mission, agent Emma Lightbody : jour 30

Giuseppe et moi avons décidé d'explorer un peu les environs. Avec tous les bâtiments abandonnés, on a l'embarras du choix. On s'est décidé pour une maison de deux étages sur le front de mer. L'intérieur était assez différent de ce à quoi on s'attendait. Les murs étaient couverts de charabia et de symboles. C'est bizarre, mais pas anormal. On a relevé un autre détail intéressant dans le salon. Il y avait une de ces petites télés ; le genre qu'on trouvait dans les années 50 et 60. Et aussi quatre plateaux "diner télé", qui contenaient toujours leurs repas à moitié consommés (rendus méconnaissables par la pourriture). Quel genre de famille abandonne sa maison et tout ce qu'elle contient au beau milieu d'un diner ?

Je pense qu'on a aperçu quelqu'un à un moment. On l'a poursuivi à l'étage, mais on n'y a trouvé personne. Giuseppe pense qu'on courrait après nos propres ombres. Il avait peut être raison.

On ira ailleurs demain. Peut être qu'on y trouvera une vraie anomalie.

Rapport de mission, agent Reese Maynard : jour 37

Sept jours. Sept jours sans nouvelle de Guiseppe. Lightbody a dit qu'elle devait le retrouver près d'un vieux moulin, mais qu'il n'est pas venu. La fouille de sa chambre a révélé quelques éléments intrigants : toutes les portes étaient fermées. Les fenêtres aussi. Il n'y avait aucune trace d'ADN ou d'empreinte digitale autres que celles de Guiseppe. La télé était toujours allumée.

On n'a même pas un début d'explication. C'est comme s'il avait cessé d'exister.

Rapport de mission, agent Harold Mason : jour 39

Les autres négligent de faire la sortie des bars dans cette ville. Certains pensent qu'on ne peut rien tirer de bon d'un mec bourré, mais ils ont tort - il faut juste filtrer les âneries. En plus, les poivrots semblent être les seuls habitants honnêtes de cet endroit, et il est facile de leur tirer les vers du nez.

J'ai papoté avec une jolie demoiselle d'ici. J'ai délié sa langue avec quelques verres d'alcool. J'en ai rien tiré d'intéressant, du moins en terme d'information.

J'ai aussi discuté avec un vieux pécheur. Il avait l'air d'avoir eu une vie difficile. Il se plaignait pas mal. Il a commencé à pleurnicher à propos de proches qu'il aurait perdus. Il a dit que Bodfel avait pris deux de ses sœurs, et un de ses frères. Je lui ai posé d'autres questions, mais je n'ai pas réussi à déterminer s'il parlait de la baraque ou du millionnaire lui-même. Il semblait assez vieux pour qu'il s'agisse de ce dernier. J'ai lu le premier rapport de mission avant le briefing - Bodfel était un vrai taré. Je pense que le culte lui a survécu.

Le mec a commencé à délirer sur la fin. Selon lui, la ville a un "trou en forme de dieu". Je n'ai pas pu lui en faire dire plus.

Rapport de mission, agent Myron Glodstein : jour 40

L'agent Grayson est mort. J'ai vu quelque chose, je ne saurais pas dire *quoi*, mais j'en ai vu assez pour affirmer qu'il ne s'en est pas sorti.

On était en train de prendre quelques bières sur les docks, en comparant nos résultats. Il se sentait suivi. Je lui ai dit qu'on se sentait tous surveillés. Ses yeux étaient rougis par le sommeil ; il était assez agité, aussi.

Tout est arrivé très vite.

J'ai senti mes cheveux se dresser sur ma nuque. Il y avait de l'orage dans l'air. J'ai pensé qu'une tempête se préparait. J'ai vu les yeux de Grayson s'écarquiller, et l'instant d'après il était réduit en bouillie par quelque chose d'invisible. Et j'étais là - couvert de sang et de bile - à regarder les morceaux de Grayson dégouliner sur le quai. J'ai senti une présence tout au long de l'événement. Quoi que fut cette chose, je pense qu'elle voulait me montrer qu'elle n'aurait aucun mal à me faire subir le même sort. J'ignore pourquoi elle m'a épargné.

Des badauds ont observé la scène. Certains ont déformé leur bouche pour afficher un sourire de façade, mais la plupart ont détourné les yeux, baissé la tête et sont retournés à leurs occupations. J'aimerais qu'on puisse juste raser cet endroit, et qu'on en finisse en bonne fois pour toutes.

Observations du Dr. Calixto Narvàez :

La surveillance de ███████ à permis de dégager des schémas pouvant avoir une signification particulière. Ils comprennent :

  • Procréation excessive - le nombre moyen d'enfants par foyer à ███████ est de douze ; un nombre qui n'est pas en accord avec les données du recensement. Environ 80% des enfants nés ces trente dernières années n'ont ni certificat de naissance, ni numéro de sécurité sociale. Aucune enquête locale n'a pu déterminer les causes de cet état de fait. Je soupçonne que ce soit dû à un mouvement religieux, du même genre que Quiverfull.8
  • Difficultés mentales - plusieurs habitants semblent souffrir de difficultés de mémorisation et de symptômes légers de délire (fatigue mentale). Les hallucinations mineures sont fréquentes.
  • Alcoolisme - la consommation d'alcool de la communauté semble être supérieure de 200% à la consommation moyenne de l'état. L'usage d'hallucinogènes est quasi inexistant.
  • Disparitions - ███████ est la ville de l'état qui comptabilise le plus de disparitions. Les forces de l'ordre, au niveau local, étatique ou fédéral, attribuent ce record à des particularités géographiques comme la forêt dense ou les marécages. Le nombre réel de disparus serait probablement bien plus élevé, si on prenait en compte les disparitions non signalées de résidents ou de personnes de passage.
  • Morts suspectes - un certain nombre de morts dans les environs semblent indiquer des embuscades, et la possibilité de causes de décès anormales. Tous ces cas ont été classés comme accidents mortels ou suicides par les autorités, et ce même lorsque cette conclusions était incompatible avec les preuves dont elles disposaient. Exemple : une femme a été retrouvée avec une structure corporelle inversée. La police a conclu qu'elle s'était elle même mise dans cet état (bien que ce soit impossible).
  • Apathie - la ville est en proie à un malaise inhabituel, ce qui devrait déjà ressortir des anomalies précédemment mentionnées.

En me basant sur l'expérience que j'ai de SCP-███ et SCP-███, je suppose que nous avons affaire à une anomalie qui dépasse nos sens (et ceux de nos appareils de mesure), et qui serait en meure de créer une réplique de notre réalité ; invisible mais pas totalement intangible. Je demande l'accès à du N,N-Dimethyltryptamine (N,N-DMT). Des expériences antérieures sur la perception humaine avec du N,N-DMT ont donné de bons résultats. Un formulaire de demande a été rempli et est en attente d'approbation.

Afin de mieux expliquer le fondement de ma requête :

En 1976, j'ai été envoyé à ██████, au Brésil - une communauté présentant des anomalies proches de celles en lien avec SCP-2480. J'ai fini par entrer en contact avec une tribu indigène dans le sud de l'Amazonie brésilienne ; un peuple qui n'était pas affecté par l'anomalie, mais qui semblait étonnamment conscient de sa présence. Présenté à leur chamane, j'ai appris l'existence d'aberrations qui existent au delà de la perception des mortels. La tribu leur attribuait bien des noms, mais le plus courant pouvait se traduire par "Rien n'existe à leurs côtés". Ils étaient associés à un mal nommé pourriture spirituelle. Ils étaient clairement séparés des esprits de leurs traditions animistes, et constituaient une "blessure vivante" de la nature venue avec les colons.

Leur chamane m'a montré le yopo9 et j'ai aperçu le monde tel qu'ils le voyaient. A l'époque, j'ai pris ça pour une simple hallucination.

Le DMT est communément considéré comme un hallucinogène. On peut démontrer que c'est faux, comme mentionné dans mes expériences avec SCP-███. C'est un produit qui augmente la perception, et nous permet d'utiliser des sens qu'étrangement, l'évolution n'a pas jugé bon de conserver. Le DMT, lorsqu'il est correctement administré, devrait pouvoir raviver ces perceptions vestigiales chez tout le monde.

Pour faire simple, il retire le filtre de nos perceptions, nous permettant de voir la réalité telle qu'elle est.

Test I sur le DMT :

Je (Dr. Narvàez) suis arrivé au centre du village à 0900 avec un inhalateur contenant 60 mg de DMT, et un enregistreur audio vidéo dissimulé et connecté directement à mon assistant (Dr. Wu). J'ai prévu de passer une première heure à observer les environs avant de prendre le DMT.

J'inhale le DMT. Au bout d'environ une minute, j'ai ressenti des picotements ainsi qu'un certain engourdissement dans tout le corps. Les couleurs sont devenues plus vives, et très vite une brume jaune a couvert la ville. Je vois des silhouettes encapuchonnées, qui portent des robes noires ; leurs vêtements semblent faits de morceaux de cuir et de tissu mal assemblés. Je ne vois pas leur visage, et je sens instinctivement que je ne dois pas chercher à le regarder. Les habitants semblent, pour la majorité, étonnamment normaux, ils s'écartent ou s'immobilisent lorsque les silhouettes approchent ; ils ne croisent jamais leur regard. Wu me confirme ce comportement bizarre, en remarquant que les gens semblent essayer d'éviter quelque chose d'invisible.

Je poursuis l'exploration.

Je constate maintenant que les bâtiments sont dans un état avancé de délabrement, et couvert d'un matériau organique et palpitant. Wu me dit qu'ils ont l'air tout à fait normaux. J'observe une bouche d'égouts, dans laquelle s'écoule un fluide noir aux reflets ambrés. Wu ne le voit pas. Une église au centre de la ville a été remplacée par une ziggourat noire. Les silhouettes s'agenouillent devant cette structure - je suppose qu'elle a une signification religieuse.

Je vois une entité qui porte un robe au loin ; elle est anormalement grande, et tient plusieurs petites créatures non identifiées en laisse. Je regarde la laisse de plus près - son aspect rappelle celui d'un intestin. Les créatures ont de petits yeux fixes, et ont plusieurs rangées de dents pointues dans la bouche. Elles sont d'une pâleur maladive mais semblent musclées. Elles baragouinent sans arrêt et bougent de manière frénétique.

Wu me dit qu'il ne voit qu'un professeur avec de jeunes élèves. Sûrement en classe de découverte.

Je vois plusieurs de ces créatures attaquer l'une des leurs, qui semble être la plus faible du groupe, vu sa taille. Ils déchirent sa chair avec leurs griffes et leur dents, et elle hurle de douleur. Wu me dit qu'il voit plusieurs enfants qui en maltraitent un autre.

Je ne supporte plus ce spectacle, je détourne les yeux. Je regarde vers le ciel, et je vois de grandes aiguilles faites d'un matériau chitineux qui surplombent la ville. Je ne sais pas à quoi elles servent. J'ai besoin d'une preuve que ce monde caché est réel, mais je dois l'obtenir sans éveiller de soupçon.

Je prends une bouteille d'eau de mon sac, et je la bois avant de retourner vers l'endroit où j'ai vu le liquide bizarre. Je me baisse pour en remplir la bouteille.

Cet autre monde commence à s'estomper, et je reviens à la réalité. Visiblement, les effets du DMT sont terminés. La bouteille semble vide quand je la regarde, mais son poids suggère qu'elle contient bien le liquide.

Je n'ai jamais rien vécu de tel. En plus des structures organiques, je me souviens avoir vu des bannières noires portant un symbole jaune en forme de spirale. J'ai l'impression d'avoir déjà vu ce symbole quelque part, mais je ne me rappelle ni où, ni quel sens il peut avoir.

Résultats d'analyse : La substance est devenue visible lorsqu'elle a été sortie de la zone d'influence présumée de SCP-2480 ; elle est noire, et la lumière y fait apparaître des reflets couleur ambre. Cette substance est liquide, bien que très gélatineuse. Une analyse microscopique révèle la présence de structures de type organites, ressemblant à des mitochondries libres, dans un sérum particulièrement visqueux et présentant une forte concentration d'acides gras inconnus. Les recherches se poursuivent.

Test II sur le DMT :

Je (Dr. Narvàez) vais entrer dans la maison qui était - jusqu'à récemment - occupée par l'agent Guiseppe, en compagnie des agents Lighbody et Goldstein. L'enquête préliminaire n'a rien révélé quant à ce qui aurait pu se passer, bien que l'hypothèse du meurtre soit privilégiée. De même que pour ma précédente expérience, je porte un enregistreur audio vidéo relié à mon assistant (Dr. Wu) et je m'apprête à inhaler 60 mg de DMT.

Après avoir examiné le bâtiment, je prends le DMT.

Sans surprise, je ressens un picotement dans tout mon corps au bout d'une minute.

Je vois maintenant la maison telle qu'elle est réellement. En ruine, tapissée d'excréments et de sang. Je peux en sentir l'odeur. Et le goût. J'imagine que c'est ce qu'on ressentirait en mordant dans une tumeur. Plus exactement, une tumeur putréfiée. Les tumeurs ne sont composées que de chair, après tout.

Dans le salon, il est écrit sur le mur au dessus du canapé :

IL RÊVE DE GUERRE
ADYTUM S'ÉVEILLERA

Je ne comprends pas ce que ça veut dire.

Il y d'autres symboles ; ils appartiennent à un langage que je n'ai jamais vu, et qu'il m'est impossible de déchiffrer.

Nous allons fouiller la cave. C'est un ancien grenier. Sur le mur opposé, il y a une grande spirale peinte - elle attire ma curiosité. Lorsque je m'approche, le mur disparait mais le symbole reste, comme peint sur l'air. Le passage ainsi révélé donne sur des marches qui descendent. Lorsque j'entre, Wu m'informe que je viens de marcher dans le mur, et que la caméra n'envoie plus que du noir. Il n'y a pas de mur. Il n'y en a jamais eu. Seulement une habile illusion.

Les agents sont inquiets. Ils ne voient pas le passage. Je leur dis de fermer les yeux, et de le franchir comme je l'ai fait. Nous sommes maintenant tous les trois de l'autre côté ; ils voient aussi les marches qui descendent. Nous descendons, et arrivons à un tunnel ; dans les entrailles du sous-sol de la cave.

Les murs palpitent et bougent, comme s'ils étaient vivants. Ils sont poreux, et semblent exsuder une sorte de sève. Le contact avec Wu est perdu, nos GPS ne fonctionnent plus. Lightbody sort sa boussole, l'aiguille tourne dans tous les sens.

Le tunnel se divise pour partir dans plusieurs directions. Je choisis de prendre la voie de gauche. Nous marchons à peine quelques minutes avant d'arriver à une porte en bois moisi. Je demande aux agents s'ils la voient - c'est la cas. Nous ouvrons la porte pour entrer, et ce faisant nous sortons d'une vieille cabane à l'apparence tout à fait normale. D'après le GPS, nous sommes de l'autre côté de la ville. Le contact avec le Dr. Wu est rétabli. Il semble que nous soyons arrivés dans une sorte de champ, et une brume jaune couvre tout le terrain.

Le Dr. Wu et les agents décrivent cet endroit comme un champ, visiblement abandonné ; le GPS suggère que nous sommes assez proche du manoir Bodfel. J'inhale une autre dose de 60mg de DMT (note : chercher un moyen d'augmenter la durée des effets) et demande à l'agent Goldstein de prendre la tête du groupe. Quelque chose m'effraie, mais je le cache de mon mieux.

J'entends une forte respiration. Et des pas, encore plus forts. Les autres n'entendent rien du tout.


Ces notes doivent êtres considérées de manière rétrospective ; Goldstein n'a malheureusement pas pu voir la menace, et je n'ai pas réagi assez vite. Je regrette sa mort, mais je dois décrire ce qui s'est passé dans les moindres détails :

J'ai vu la silhouette d'un gigantesque humanoïde, dont j'estime la taille à plus de 4 mètres, sortir du brouillard. Je voulais crier, mais j'ai essayé de garder mon calme afin de recueillir le plus d'informations possible. Description physique : La chose était pâle et flasque, son visage était majoritairement occupé par une énorme bouche pleine de dents ; l'entité ne possédait ni œil, ni oreille, ni narine visible. Ses dents et ses mains tridactyles étaient très sales, et visiblement couvertes de viscères séchées.10

L'entité nous a chargé, en bondissant comme un énorme gorille. J'ai prévenu les autres que nous devrions nous replier, mais c'était trop tard pour l'agent Goldstein. L'entité l'a levé d'une seule main, et l'a éviscéré d'une morsure au torse.

Nous avons tourné en rond dans les champs sans pouvoir retrouver la cabane dont nous étions sortis. Je n'avais pas d'arme, mais j'étais le seul à pouvoir mener le groupe. J'aurais dû lui donner du DMT, et en y repensant, je regrette amèrement de ne pas l'avoir fait. Je pouvais sentir le sol trembler sous mes pieds ; en baissant les yeux, j'ai vu de la chair fragmentée, comme atteinte d'ichtyose Arlequin11 à la place du sol. A chacun de mes pas, la peau se fendait et suintait, comme une blessure infectée et pleine de pus. Le sol n'a pas tardé à s'ouvrir pour laisser sortir des vrilles rouges et ondulantes12 ; ces vrilles ont attrapé l'agent Lightbody par la cheville, et l'ont tirée à travers un trou bien trop petit pour un être humain. J'entends encore ses hurlements, et le bruit de ses os qui se brisent.

J'ai couru sans me retourner. J'espère que cela constitue une preuve suffisante. Je n'ai aucune envie de retourner là-bas.


























Source : SCP-2480 | Auteur original : MetaphysicianMetaphysician

révision de page: 7, édité la dernière fois: 13 Dec 2016 15:29
Unless otherwise stated, the content of this page is licensed under Creative Commons Attribution-ShareAlike 3.0 License

Privacy Policy of website