nn5n Foundation
Branch of SCP Foundation
nn5n: scp-260-FR Le Phare de Bois
SafeSCP-260-FR Le Phare de BoisRate: 17
SCP-260-FR

Objet # : SCP-260-FR

Niveau de menace : Jaune

Classe : Sûr

Procédures de Confinement Spéciales : SCP-260-FR doit être contenu sous une vitrine sécurisée déclenchant une alarme en cas de tentative de détérioration ou d'ouverture forcée. Toute expérimentation incluant SCP-260-FR doit faire l'objet d'une demande auprès d'un membre du personnel de niveau 3 ou plus. En dehors de tout test, les membres du personnels effectuant une action quelconque sur SCP-260-FR devront s'équiper d'un casque à visière. Les expérimentations sur des classes-D doivent être observées en permanence par des caméras de surveillance. Depuis les dernières observations, les expérimentations sur SCP-260-FR sont suspendues afin d'éviter toute accentuation possible des effets de SCP-260-FR.

Toute personne ayant subi les effets de SCP-260-FR doit être placée sous surveillance médicale après la prise d'un amnésique de classe A et observée durant deux heures. Si la santé mentale de l'individu s'améliore, alors ce dernier peut être considéré comme sain. Dans le cas contraire, l'individu doit être éliminé.

Description : SCP-260-FR est une maquette de phare en bois, haute de 52 cm, lourde d’environ 3 kg et ayant un diamètre de 15 cm. Le phare comprend deux étages striés de bandes bleues et blanches, ainsi qu'un feu situé au sommet, représenté par un cylindre de bois rouge. Le phare est accompagné d'un décor sculpté représentant une mer agitée avec cinq personnages (appelés SCP-260-FR-1) nageant et tentant de lutter contre les vagues pour regagner le phare.

L'observation de SCP-260-FR-1 à travers une vitre, un miroir ou encore une caméra de sécurité ne déclenchera aucun effet. Tout individu observant directement SCP-260-FR-1 ressent différents effets notoires. L'individu semble persuadé de se situer en pleine mer et perd tout contact avec l'environnement réel. Il perçoit également une lumière vive provenant du feu de SCP-260-FR.

Chez tous les sujets, l'expérimentation de l'effet amène à :

  • Un grand sentiment de peur et de confusion
  • Une diminution de la chaleur corporelle
  • Une présence inexpliquée d'eau dans les poumons
  • Un besoin irrépressible de s'approcher de la lumière

L'individu semble percevoir un sentiment de sûreté dans la lumière. Dès qu'il en aperçoit la source, le sujet se cramponne de toutes ses forces au phare et reste dans cette position, allant même jusqu'à mourir de fatigue sans l'action d'une tierce personne. L'effet de SCP-260-FR peut être stoppé en endormant l'individu.

La plupart des individus sont sujets à de nombreuses psychoses après avoir subi les effets de SCP-260-FR. Ils restent dans un état de peur et de détresse constant et présentent une grande volonté à revoir la lumière, pouvant même user de la violence pour atteindre la salle de confinement de SCP-260-FR. L'utilisation d'un amnésique de classe A permet dans 75% des cas de faire disparaître ces psychoses. Une théorie selon laquelle les antécédents psychiatriques du sujet influencent ce pourcentage est à l'étude. Des tests ont démontré une perte anormale de poids et de dioxygène présent dans le sang du sujet. Cette perte est proportionnelle au temps passé au contact de SCP-260-FR. Il est à noter que depuis ces observations, la lumière produite par SCP-260-FR semble avoir une intensité lumineuse bien plus élevée ainsi qu'une couleur différente, étant passée du jaune clair au rouge vif. Il est donc possible que SCP-260-FR évolue par sa mise en contact avec des êtres humains.

SCP-260-FR a été découvert le 27/07/2016 dans la ville de ████ dans une maison familiale dont les cinq habitants sont morts après avoir subi les effets de SCP-260-FR. La présence d'emballage ainsi que d'un gâteau indiqua que la famille devait être dans un jour de fête qui se révéla par la suite être l'anniversaire du père.

Addendum :


Test A - 05/08/2016

Sujet : D-1632
Procédure : Présenter SCP-260-FR au sujet à une distance de 5 mètres.
Résultats : Le sujet commence à battre des bras dans le vide, et semble avoir des difficultés à prendre sa respiration. Il regarde ensuite fixement SCP-260-FR avant de se déplacer vers lui en mimant une nage et de s'y cramponner. La tension de ses muscles accrochant SCP-260-FR ne diminue pas lors des █ heures qui suivent. Les chercheurs observant l'expérimentation derrière la vitre n'ont pas été affectés par SCP-260-FR.
Analyse : Un contact visuel direct avec SCP-260-FR est obligatoire pour en ressentir les effets. L'autopsie du corps indique une présence de ██ ml d'eau dans ses poumons. La mort du sujet montre qu'il semble ne pas avoir reçu d'élément nutritif depuis plusieurs jours. SCP-260-FR semble aspirer les nutriments et les graisses d'un individu à son contact. D’après relevé par encéphalogramme, les mouvements du corps de D-1632 ne sont pas ceux qu'il pense effectuer, ce qu'il lui permettrait de se déplacer jusqu'à SCP-260-FR en marchant tout en croyant se situer en mer.

Test B - 08/08/2016

Sujet : D-5583
Procédure : Présenter SCP-260-FR au sujet en le maintenant attaché au mur par une chaîne.
Résultats : Le sujet se débat pendant une heure. Il finit par lâcher prise, puis meurt au bout de ██ minutes.
Analyse : L'autopsie indique une mort par asphyxie. Si l'effet de SCP-260-FR n'est pas stoppé et que l'individu n'atteint pas SCP-260-FR, il meurt par noyade.

Test C - 09/08/2016

Sujet : D-0745
Procédure : Présenter SCP-260-FR à un sujet équipé de matériel de plongée sans lunette en le maintenant attaché au mur par une chaîne.
Résultats : Les observations sont les mêmes que celles du test B.
Analyse : L'autopsie indique une mort par asphyxie. L'utilisation de matériel de plongée pouvant permettre la survie du sujet dans un milieu aquatique s'est révélé inefficace.

Test D - 13/08/2016

Sujets : Un rat noir (Rattus rattus), un chimpanzé commun (Pan troglodytes), un chat domestique (Felis silvestris catus) et un iguane (Iguana iguana)
Procédure : Présenter SCP-260-FR aux différentes espèces.
Résultats : Les sujets se comportent normalement.
Analyse : Les effets de SCP-260-FR ne fonctionnent que sur l'homme (Homo sapiens).

Test E - 15/08/2016

Sujets : D-8635/D-3341/D-2087/D-7401/D-0245
Procédure : Présenter SCP-260-FR aux sujets sur 20/30/40/50/60 minutes puis prendre différentes mesures médicales.
Résultats : Plus les sujets sont restés longtemps au contact de SCP-260-FR, plus la perte de poids est importante. D-3341 ne retrouve pas ses esprits après absorption d'un amnésique de classe A. Sujet éliminé.
Analyse : Les sujets perdent en moyenne █ g / minute au contact de SCP-260-FR. L’utilisation d'amnésique de classe A ne permet pas à coup sûr la disparition des symptômes.

Test F - 19/08/2016

Sujet : D-8635
Procédure : Le sujet doit rester en contact tactile avec SCP-260-FR pendant plusieurs heures sans observer les instances de SCP-260-FR-1.
Résultats : Aucune perte de poids chez le sujet après l’expérience.
Analyse : Pour subir la perte de poids, l'individu doit être sous les effets de SCP-260-FR.

Test G - 20/08/2016

Sujet : D-4214/D-8643/D-7009
Procédure : Présenter SCP-260-FR aux sujets à une distance de 10/50/100 mètres
Résultats : Les effets sont immédiatement observés sur D-4214. D-8643 et D-7009 ont dû être rapprochés à une distance suffisante pour prendre conscience de SCP-260-FR-1.
Analyse : l'observation de tout autre élément de la maquette que SCP-260-FR-1 ne déclenche aucun effet.


Enregistrement audio 260-FR-A :

Interviewé : D-5362, ayant pris un amnésique de classe A une heure plus tôt.

Intervieweur : Dr. White

Avant-propos : Le sujet a subi les effets de SCP-260-FR pendant 30 minutes et présente une dégradation psychologique. Il pleure et demande à voir quelqu'un depuis la fin de l'expérimentation.

<Début de l'enregistrement>

Dr. White : Bonjour, D-5362.

D-5362 : S'il vous plaît, Doc ! J'en peux plus, laissez moi la revoir ! Je ferai tout ce que vous voudrez !

Dr. White : De quoi parlez vous ?

D-5362 : Vous savez très bien de quoi je parle ! (pleure)

Dr. White : Calmez vous. Expliquez moi ce qui ne va pas.

D-5362 : Vous les entendez vous aussi, pas vrai ? Les vagues ! Elles arrivent ! Je dois trouver la lumière !

Dr. White : Peut être pourriez vous me parler plus en détail de cette lumière ?

D-5362 : Elle était … si belle … On aurait dit un tout petit être vivant … Si fragile, si doux ! Doc, elles ne doivent pas lui faire du mal, pas à elle !

Dr. White : Pourquoi voulez vous à tout prix la revoir ?

D-5362 : Vous ne pouvez pas comprendre … Cette minuscule flamme jaune au milieu de cet enfer … Elle m'a sauvé ! Elle m'a réchauffé ! Je dois la protéger ! Les vagues ! Les vagues vont vouloir l'éteindre ! Elle était si douce à regarder… Les vagues vont l'éteindre, s'il vous plaît… Elles vont me prendre avec elle. (pleure)

Dr. White : Il va falloir oublier ces événements maintenant , D-5362.

Silence

D-5362 : Vous voulez me la voler elle aussi ? Vous m'avez déjà tout pris et vous voulez me la prendre ? Elle ne voudra pas de vous ! Vous ne la méritez pas ! Rendez-la moi maintenant ! (le sujet frappe le Dr. White et court vers la porte)

Dr. White : (Au garde) Débarrassez moi de ça !

<Fin de l'enregistrement>

Enregistrement audio 260-FR-B :

Interviewé : D-1568, ayant pris un amnésique de classe A une heure plus tôt. Dernier sujet affecté par SCP-260-FR en vigueur.

Intervieweur : Dr. White

Avant-propos : Le sujet a subi les effets de SCP-260-FR pendant 17 minutes et présente une amélioration psychologique depuis la prise de l'amnésique de classe A.

<Début de l'enregistrement>

Dr. White : Bonjour, D-1568. Comment vous sentez vous ?

D-1568 : Bonjour, monsieur. Très bien, merci. Je me sens un peu perdu, mais c'est tout.

Dr. White : Vous rappelez vous de quelque chose, d'un événement s'étant produit aujourd'hui ?

D-1568 : Ouais, je me rappelle d'une bonne partie. J'ai très clairement l'image d'une lumière rouge qui me brûle la rétine. Je sais pas pourquoi, mais depuis tout à l'heure, j'arrive pas à me sortir ça de la tête.

Dr. White : Vous avez dit que la lumière était rouge ? Vous en êtes bien sûr ?

D-1568 : Euh, bah ouais, c'est difficile de se tromper. Elle était tellement forte qu'elle m'a niqué les yeux. On aurait dit un véritable brasier.

<Fin de l'enregistrement>

révision de page: 17, édité la dernière fois: 15 Feb 2017 15:36
Unless otherwise stated, the content of this page is licensed under Creative Commons Attribution-ShareAlike 3.0 License

Privacy Policy of website