nn5n Foundation
Branch of SCP Foundation
nn5n: scp-1520 Un Vieux Moine
SafeSCP-1520 Un Vieux MoineRate: 194
SCP-1520
1520.jpg

SCP-1520 portant les robes qu'il avait sur lui lors de sa découverte

Objet # : SCP-1520

Classe : Sûr

Procédures de Confinement Spéciales : SCP-1520 doit être assis dans un coin d'une cellule standard du type employé pour confiner des objets SCP humanoïdes de Classe Sûr. Aucun meuble, aucune décoration et aucune commodité ne doit être mis à disposition. Aucune source de lumière externe ou interne ne doit être présente sauf en cas d'interaction directe avec SCP-1520 ; lorsqu'une interaction est nécessaire, les membres du personnel doivent porter des lunettes spéciales pour faible luminosité ; la lumière employée ne doit être que du minimum nécessaire pour permettre le fonctionnement de ces dernières. La chambre doit être insonorisée afin d'éviter tout stimulus externe. L'air doit être constamment et silencieusement filtré afin d'empêcher l'accumulation de composés odorants. La température de l'air doit être maintenue à 16°C.

SCP-1520 doit être nourri une fois par jour avec une tranche de pain enrichie en nutriments et de goût neutre ainsi qu'avec 30 mL d'eau filtrée. Toutes les interactions avec SCP-1520 dans des buts d'entretien et d'examen doivent être réduites au strict minimum. Toute interaction physique avec SCP-1520 doit être effectuée par des membres du personnel munis de gants remontant jusqu'aux coudes ; aucun contact direct entre SCP-1520 et de la peau nue ne doit avoir lieu. Des examens médicaux de SCP-1520 doivent être effectués une fois par mois afin de déterminer si des précautions supplémentaires doivent être prises ; SCP-1520 ne doit pas être déplacé de sa position actuelle pendant les examens à moins que cela ne soit nécessaire, et tous les examens doivent être effectués le plus silencieusement et avec le moins de lumière possible.

A sa demande, une paire de lunettes opaques peut être fournie à SCP-1520.

Description: SCP-1520 est un humain mâle d'origine japonaise, âgé d'environ 400 ans lors de sa récupération par la Fondation. SCP-1520 est extrêmement desséché et déshydraté, d'une manière semblable aux cadavres de moines bouddhistes ayant subi un processus archaïque appelé sokushinbutsu, durant lequel l'aspirant était graduellement déshydraté grâce à un régime spécial pendant un processus qui durait plusieurs années de façon à produire une momie naturelle après la mort. La chair de SCP-1520 est sèche, translucide, et enserre étroitement ses os. Les analyses par rayons X et IRM ont révélé que les organes internes, à l'exception du cerveau, des yeux et des oreilles, sont sévèrement atrophiés. Il a été observé que SCP-1520 inspire et expire environ une fois toutes les 8,3 minutes - le rythme cardiaque, quand à lui, est d'environ 2 à 3 battements par heure. Le système sanguin de SCP-1520 contient moins de 0,5 litres de sang ; les autres fluides corporels soit représentent un volume infime, soit sont inexistants. La température corporelle de SCP-1520 est à peine supérieure à la température ambiante. Du fait de l'inhibition de son métabolisme, SCP-1520 n'a besoin que d'un peu de nourriture ou d'eau, et il ne semble ni excréter, ni suer.

SCP-1520 est pleinement conscient et perçoit son environnement ; il est en mesure de parler en un dialecte japonais parlé dans la préfecture de ████████ au cours du 16ème siècle, ainsi que de faire des signes par le biais de mouvements simples de ses mains et de ses doigts. SCP-1520 ne veut ou ne peut effectuer d'autres mouvements physiques. Lorsque des membres du personnel de la Fondation n'interagissent pas avec lui, SCP-1520 reste assis dans la position du lotus et reste immobile sauf pour respirer et pour réciter à l'occasion quelques prières ; à d'autres moments, il semble dormir ou méditer et ne réagit pas aux stimuli externes. Il est impossible de dire si SCP-1520 est capable de dormir ou si il reste conscient de ce qui l'entoure durant ces périodes d'inactivité.

SCP-1520 fut livré à la Fondation en 1946, lorsque des membres du personnel de l'Armée des États-Unis le trouvèrent placé sur l'autel d'un temple bouddhiste de ███████████, au Japon, durant l'occupation alliée. Les prêtres du temple désignaient SCP-1520 comme étant un " Bouddha vivant " qui avait subi le sokushinbutsu en 1576, et qui était vénéré comme un dieu par les fidèles du temple.


Journal d'Entretien 1520 :

Date: ██/██/19██

Personne menant l'entretien: Dr. Y█████, ci-après "Y."

Personne interrogée: SCP-1520

Avant-Propos : En général, SCP-1520 rejetait toute tentative pour l'interroger, en répondant à toute question par le silence ou en déclarant " je ne peux parler de cela ". L'étendue des commentaires oraux de SCP-1520 consistait en de simples requêtes concernant son confinement, telles que des robes propres, des lunettes lorsqu'il est examiné dans des lieux fortement éclairés, et qu'il lui soit donné moins d'eau lors de son alimentation quotidienne. Le ██/██/19██, au cours d'un examen médical effectué dans sa cellule, SCP-1520 se mit brutalement à parler à Y., lequel a pour langue maternelle le Japonais, alors que Y. était en train de relever son pouls. Ce qui suit est une traduction de la conversation qui s'ensuivit.1

<Début du Journal>

SCP-1520: Il bat quand il le doit.

Y: Qu'est-ce que… (Y. recule de SCP-1520)

SCP-1520: Avez vous peur ? Ne craignez rien. La peur n'est qu'un aspect de la Maya.

Y: Vous… Vous parlez. (Y. essaie de reprendre contenance.)

SCP-1520: Oui.

Y: Vous n'aviez jamais essayé de parler avant. Pourquoi maintenant ?

SCP-1520: Parce que je le dois.

Y: Pourquoi ?

SCP-1520: Parce que j'ai échoué.

Y: Échoué en quoi ?

SCP-1520: Je suis resté assis et ait médité et ait réfléchi pour combien de temps, je ne peux le dire, j'ai attendu le Nirvana, mais ce corps refuse de me laisser partir. Je suis… Incapable d'atteindre ce que je m'étais mis en tête d'accomplir.

Y: Pourquoi ?

SCP-1520: J'ai des regrets. Ils… M'empêchent de partir. Je ne pourrais vraiment me débarrasser du désir tant que cette tâche n'aura pas été accomplie. Je dois vous demander de m'aider à faire ce que je ne peux faire moi-même.

Y: Est-ce que vous voulez que nous vous tuions ?

SCP-1520: Non. La Mort emportera ce corps quand il sera temps. Vous devez porter un message à une femme que j'ai abandonné lorsque j'ai choisi cette voie.

Y: Ne le prenez pas mal, mais est-ce que vous savez en quelle année nous sommes ? Tous ceux que vous avez connu avant que vous n'ayez " choisi cette voie " sont morts depuis bien longtemps.

SCP-1520: Cela fait longtemps que j'ai cessé de compter les jours. Si elle est décédée, portez le message à ses enfants. Avez vous un parchemin et de l'encre ? Je vous attendrais.

<Fin du Journal>

Note : Après cette conversation, Y. prit un stylo et une feuille et commença à retranscrire une longue lettre adressée à une femme nommée ██████ ████, dans laquelle SCP-1520 s'excusait de l'avoir quitté, expliquait les raisons qui l'ont poussé à devenir un moine, et exprimait son espoir que leur enfant grandirait pour devenir quelqu'un de sage et de bienveillant. Les historiens de la Fondation purent déterminer que ████ était décédé en 1588 ; un descendant, ██████ ████, vivant à Scranton, en Pennsylvanie, aux États-Unis, fut identifié. Une copie de la lettre rédigée en Anglais fut adressée à ████, qui ne parlait ni ne lisait le Japonais, sous le couvert qu'il s'agissait d'un souvenir de famille retrouvé lors d'une vente immobilière. Après que la livraison ait été effectuée, Y. retourna dans la chambre de SCP-1520 et l'informa que la tâche avait été accomplie. SCP-1520 ne présenta aucun signe de réaction face à ces nouvelles, et n'a pas tenté d'entrer en communication avec les membres du personnel de la Fondation depuis.

révision de page: 4, édité la dernière fois: 13 Dec 2016 15:30
Unless otherwise stated, the content of this page is licensed under Creative Commons Attribution-ShareAlike 3.0 License

Privacy Policy of website