nn5n Foundation
Branch of SCP Foundation
nn5n: scp-393-FR Similia Similibus Curantur
SafeSCP-393-FR Similia Similibus CuranturRate: 15
SCP-393-FR
blank.png
unknown.png

Le Dr ████████ étudiant du Composé-IKAR dilué derrière une vitre de protection.

Objet # : SCP-393-FR

Niveau de Menace : Jaune

Classe : Sûr

Procédures de Confinement Spéciales : SCP-393-FR doit être laissé en place jusqu'à ce que sa dessiccation totale ne lui permette plus de produire de Composé-IKAR. Une fois l'entièreté du Composé-IKAR collectée, SCP-393-FR devra être retiré et recevoir une sépulture décente. Le composé collecté doit être conservé dans le Casier Sécurisé A8 de l'Aile Médicale du Site-Aleph à des fins d'analyse et de test. Seuls des membres du personnel n'ayant jamais perdu de proche dans des circonstances anormales ou ayant reçu des amnésiques de Classe-C au moment du deuil sont autorisés à approcher du Composé-IKAR.

Un avis de recherche a été émis conjointement avec la Gendastrerie Nationale Française à l'encontre d'Arthur Kaplan, Anthony Foster et Mark Greutert, membres de l'organisation terroriste SAPHIR, portés disparus depuis février 2019 et supposés en cavale. Cet avis a été transmis à l'Unité des Incidents Inhabituels du FBI ainsi qu'à tous les états alliés où les fugitifs auraient pu trouver refuge.

L'acquisition et le réaménagement des locaux où SCP-393-FR a été retrouvé ont été proposés, bien qu'ils fassent encore débat en raison de la nature des événements qui s'y sont déroulés.

Description : SCP-393-FR est la désignation collective de trois cadavres retrouvés par la Gendarmerie Nationale le 21/09/2019 dans la cave d'un bâtiment désaffecté à ███████████, en Guadeloupe. Lors de leur découverte, l'état de décomposition avancé des corps permit d'estimer leur mort à au moins trois mois, soit aux alentours de juin 2019. Son caractère anormal confirmé, l'affaire fut rapidement transmise aux médecins légistes de la Gendastrerie Nationale, qui fit à son tour appel à l'aide de la Fondation SCP afin d'identifier les corps.

SCP-393-FR fut identifié avec succès comme étant les corps de trois Personnes d'Intérêt activement recherchées par la Fondation, dont la cessation d'activité avait été constatée dix ans à neuf mois avant les faits. Individuellement désignés SCP-393-A, -B et -C, ils ont été identifiés comme étant les personnes suivantes :




PdI-4146 : Daniele Dominico


Type Vert

‖ 3.5 kC | Ébène | Naturel | Serré ‖


STATUT : DÉCÉDÉ


unknown.png

Lieu de résidence et d'exercice de la PdI-4146, placé sous surveillance en 2013.

Eléments biographiques : Daniele Dominico, homme, latino-américain, âge inconnu. Plieur de réalité de moyen niveau, activement recherché par la Fondation depuis 2012 sans jamais être capturé. PdI-4146 souffrait de trisomie 21 et était assisté au quotidien par son frère aîné, Amataro Dominico. En raison de/malgré les limitations mentales assez importantes liées à son handicap, Daniele Dominico s'est rapidement fait remarquer par l'usage irresponsable et dangereux de sa capacité à altérer la réalité à des fins commerciales, mettant en circulation de nombreux produits pharmaceutiques anormaux.


Réseaux notables : Producteur/fournisseur indépendant.


Mise à Jour Post-Mortem : En raison de son instabilité et de ses capacités, PdI-4146 avait été placé sous une surveillance éloignée qui ne permet pas de retracer les circonstances exactes de sa disparition. Sa cessation d'activité ne fut remarquée qu'à la fin de l'année fiscale, où l'IRS ne reçut aucun impôt de la part de PdI-4146. Amataro Dominico est également porté disparu.



PdI-1339 : Achille Ameilhon


Type Bleu

‖ 2.5 kC | Citron | Naturel | Serré ‖


STATUT : DÉCÉDÉ


unknown.png

Première manifestation médiatique connue de la PdI-1339, 1859.

Eléments biographiques : Achille Ameilhon, origine inconnue, première occurrence observée en 1859 où il est mentionné en tant que SAI-818 dans les archives de la Singulière Académie Impériale. L'existence de PdI-1339 est avérée par 15 313 annonces publicitaires diffusées dans des journaux français, anglais et italiens entre 1859 et 2009. Toutes ces publicités font appel à l'autorité du Dr Achille Ameilhon, dont le nom et le titre ne sont confirmés par aucun acte de naissance, de décès, ou diplôme de doctorat. Charlatan notoire, PdI-1339 s'est illustré par diverses arnaques et fraudes, mais aussi par la commercialisation de produits cosmétiques et élixirs miracles de nature anormale avérée, toujours nocifs pour l'utilisateur.


Réseaux notables : Des rapports avec Marshall, Carter & Dark Ltd. sont suspectés.


Mise à Jour Post-Mortem : PdI-1339 n'avait jamais été observé physiquement avant la découverte de son corps, et son existence était estimée être purement médiatique. Le moyen par lequel il a pu être localisé et capturé est inconnu.



PdI-2701 : Man Adi


Type Vert

‖ 4.0 kC | Malachite | Dièse | Détendu ‖


STATUT : DÉCÉDÉ


IMG_20190912_153359.jpg

PdI-2701, 1969.

Eléments biographiques : Man Adi, Madison Bwana (nom civil), femme, afro-américaine, 66 ans. Plieuse de réalité de moyen niveau, fondatrice et gourou des sectes "People of Obraka" (1968-1977), "La Maizon Orange" (1982-1991), "United Seekers of the Miracles of Spring and Fall" (1993-1999). D'influence vaudoue, PdI-2701 s'est rapidement imposée comme une personnalité majeure du milieu New Age underground. Souvent impliquée dans des affaires de disparitions, corruption, chantage et guérisons miraculeuses, aucune preuve n'a permis de l'incriminer, malgré huit perquisitions menées entre 1970 et 1990. Après six ans de disparition totale, la trace de PdI-2701 fut retrouvée au cœur d'un vaste trafic de philtres d'amour, drogues et autres produits de "para-herboristerie" en 2010, sans pouvoir être localisée avec succès.


Réseaux notables : Cartel de la Mão de Deus - Réseau ésotérique Rasin.


Mise à Jour Post-Mortem : La disparition de PdI-2701 fut constatée le 07/02/2018 suite à l'incendie criminel d'une villa à Cayenne, en Guyane, qui s'avéra être son quartier général temporaire. Toutes les sorties du bâtiment ayant été bloquées, aucun survivant ne put apporter de détail supplémentaire quant à l'attaque.



Les constatations suivantes ont été établies par les médecins légistes sur place :

  • Les trois corps souffrent de dessiccation sévère.

Note : Cette dessiccation est due à l'un des premiers traits anormaux de l'anomalie (voir plus bas). C'est ce dessèchement des tissus qui a permis de maintenir les corps en suffisamment bon état pour être identifiables.

  • Les trois corps montrent de multiples traces de coups et blessures ainsi que de piqûres, pour la plupart dans la veine cubitale médiane et le reste de l'avant-bras.

Note : De nombreuses seringues vides ont été trouvées sur les lieux. La découverte de substances résiduelles a permis de déterminer qu'elles contenaient un dérivé de méthamphétamine inédit et extrêmement agressif.

  • Les trois prisonniers étaient enchaînés au sol bétonné de la cave par des chaînes en acier d'environ deux mètres de long fixées à leur cheville droite. Dans les cas de SCP-393-A et SCP-393-C, ces chaînes ont pourtant été sciées ou rompues.

Note : Des analyses poussées ont révélé que ces chaînes avaient un Niveau de Normalité bien au-dessus de la moyenne, conservant leurs propriétés physiques mais rendant caduque l'utilisation de moyens anormaux pour les briser ou passer à travers. Elles n'en furent pas moins sciées par des scies ou des limes générées de manière anormale. Cette propriété semble due au carbone présent dans l'acier, probablement issu de charbon végétal, d'une Normalité environnant les 30 St. La recherche active de végétaux aux telles propriétés a été lancée.

  • Les trois prisonniers étaient disposés de manière à avoir accès à une table de travail située au centre de la pièce, sans pouvoir rentrer en contact physique.

Note : Sur ce plan de travail étaient disposés une cinquantaine d'outils différents aussi bien scientifiques qu'ésotériques, de l'erlenmeyer à la mandragore. C'est également là que le lecteur cassette a été trouvé.

  • Les trois prisonniers sont morts d'exsanguination, suite au sectionnement des veines du poignet à l'aide d'un objet tranchant non-retrouvé sur les lieux. La piste du suicide collectif est privilégiée.

Note : Aucune trace de sang coagulé n'a été retrouvée autour des corps. Cela est dû à l'un des premiers traits anormaux de l'anomalie (voir plus bas).

  • Leurs membres inférieurs et supérieurs ont été déboîtés et déplacés de façon à ce que les corps forment un motif ésotérique autour de la table de travail après leur décès.

Note : Ce motif est à ce jour non-référencé. Rien ne permet de confirmer que cette manipulation soit l'oeuvre des ravisseurs.

SCP-393-FR subit comme tout cadavre en décomposition la ponte et le développement de larves de diptères et de sarcophagiens dans ses chairs. Cependant, pour une raison inconnue, ces larves ne se nourrissent pas des corps, mais utilisent leurs crochets buccaux pour prélever des micro-gouttes de fluides corporels, qu'elles transportent ensuite jusqu'au centre de la pièce. Ces fluides sont progressivement accumulés dans un cristallisoir en verre où ils forment le Composé-IKAR.

Ce trajet est long et généralement fatal pour les larves qui meurent d'inanition étant donné leur stade de développement précoce. Le prélèvement de certaines de ces larves a prouvé qu'elles agissaient comme des asticots ordinaires, se nourrissant et se déplaçant normalement, une fois retirées de la scène et placées dans un autre milieu. Il semble que ces larves ne soient pas anormales en elles-même, mais soient influencées par SCP-393-FR, peut-être sous forme d'égrégore.

Composé-IKAR

Le Composé-IKAR est une solution liquide provoquant de multiples troubles sensoriels, psychiques et psychosomatiques chez les personnes côtoyant ou ayant côtoyé des phénomènes anormaux, et plus particulièrement les personnes ayant connu un traumatisme ou un deuil dû à des circonstances anormales. Les personnes n'ayant jamais vécu d'expérience paranormale ne sont sujettes à aucun de ces effets, et ressentent au mieux un dégoût naturel lié à la composition du liquide.

Malgré sa nature organique complexe évidente, les analyses chimiques persistent à indiquer que le Composé-IKAR ne serait composé que d'eau (H2O) et de saccharose (C12H22O11).

Le Composé-IKAR semble suivre une logique homéopathique, son effet changeant et s'intensifiant au fil des dilutions de sa substance active, en contradiction avec les lois chimiques élémentaires. Ces effets ont été testés sur un panel de sujets de tests ayant tous perdus un proche dans des circonstances anormales.

Dilution Réactions du sujet
Pur La respiration du composé provoque détresse mentale, paranoïa et hallucinations auditives. Son ingestion provoque des crises de stress post-traumatique sévères pouvant mener jusqu'à la catatonie du sujet.
1 CH L'ingestion du composé provoque des réminiscences du traumatisme du sujet, y compris lorsque le traumatisme a été occulté par la prise d'amnésiques de Classe-A ou B.
4 CH Le sujet rapporte une sensation de lucidité, une excitation et une vitesse de réflexion accrues, plusieurs fois comparée à l'ingestion de café corsé.
7 CH Légère pronoïa et déficit de l'attention. Le sujet semble perdre son intérêt et sa méfiance lorsqu'il est mis face à un objet anormal, rapportant un sentiment d'irréalité.
9 CH Hallucinations diverses. Le sujet semble perdre pied avec la réalité et affirme pouvoir voir, toucher et parler à ses proches morts durant l'incident traumatique.
15 CH Les hallucinations englobent des personnes inexistantes ou mortes, inconnues du sujet. Les détails concernant ces individus que le sujet affirme ne pas connaître ont sans doute été glanés lors de conversations ou dans des documents entraperçus, stockés dans son subconscient, et réveillés par le composé.
30 CH Le sujet tombe raide mort. La cause biologique exacte de cette mort n'a pas encore été déterminée.

Mise à jour : L'administration de Composé-IKAR à des membres du personnel de la Fondation, que ce soit à des fins thérapeutiques ou récréatives, est prohibé jusqu'à nouvel ordre et punissable de rétrogradation.


Addendum 1 : Enregistrements audios GdI-096-393-A

Une quarantaine de cassettes audios ont été retrouvées éparpillées à travers le lieu de séquestration, la plupart ayant été projetées contre les murs. La récupération des bandes magnétiques et l'écoute des cassettes intactes ont permis d'apporter de nouveaux éléments sur l'origine et le but de SCP-393-FR. Les messages les plus pertinents ont été retranscrits ci-dessous.

Cassette # 1

Bienvenue, détendez-vous. Inutile d'essayer de répondre : ceci est un enregistrement audio. J'attire votre attention sur la porte derrière vous, et plus particulièrement sur la trappe qu'il y a en-bas. C'est par cette trappe que vous seront transmis vos futurs repas, mais également les futures cassettes vous donnant nos instructions. Quelques présentations avant toute chose : je suis Arthur Kaplan, et je suis accompagné par deux amis, Anthony Foster et Mark Greutert. Anthony est très en colère : sa femme l'a quitté, et elle a eu la garde de leur fils unique, Henri. Henri a attrapé une otite — rien que de très courant, me direz-vous — mais sa femme ne croyait pas en, vous savez, Big Pharma, tous ces médecins et leurs poisons industriels. Non. Elle a préféré gérer ça seule, naturellement, avec de l'homéopathie. Et Anthony a perdu son petit Henri, pour de bon cette fois. Pour Mark, c'est un peu différent. Non, apparemment son père — un vieil homme adorable, le sel de la terre, vraiment — souffrait de calvitie. Il était prêt à tout pour régler ce problème. Il est tombé sur une annonce un peu bizarre sur Internet, sans doute. On l'a retrouvé mort dans sa salle de bain, entouré de lapins. Hémorragies diverses. Sale histoire. Quant à moi… Pour ma tension, je ne vais pas me lancer là-dedans, peut-être plus tard. Disons simplement que je n'ai plus grand chose à perdre, tout comme eux. Mais nous avons rencontré SAPHIR — nous nous sommes rencontrés — et nous avons compris que nous n'avions pas à baisser la tête et à accepter patiemment chaque parpaing que le destin balance dans notre pare-brise. Bien, je pense que vous commencez à saisir dans quoi vous êtes tombés, donc je vous laisse vous présenter entre vous.

Mais pour planter l'ambiance : vous êtes à vous trois responsables d'au moins 400 morts. Amusez-vous bien.

Cassette # 2

L'affaire est un peu délicate. Tout le monde n'est pas d'accord chez SAPHIR, et c'est bien normal. Prenez Mark : il a de sérieux doutes sur la mort de son père. Pour lui, ce sont les vapeurs de sa lotion contre la calvitie qui l'ont atteint au cerveau. Les lapins, on ne sait pas vraiment comment et on s'en fout, se sont retrouvés là par hasard. Drogué, délirant, son père s'évanouit, meurt peut-être en se cognant lors de la chute — ou peut-être pas, impossible de le savoir réellement — et les premiers secours, en rentrant dans la salle de bain à l'atmosphère gorgée de vapeurs chimiques, se persuadent que les lapins ont en quelque sorte jailli de son corps, le tuant sur le coup. En résulte une sorte de psychose collective qui atteint tous ses proches en deuil, même ceux qui n'ont pas inhalé le produit toxique : psychologiquement fragiles, tous sont à leur tour persuadés par cette ridicule théorie. Pourquoi pas ? On a déjà vu des choses plus étranges.

Personnellement, mon opinion est un peu plus contrastée, laisse un peu plus de place au doute. Mais il y a un point sur lequel tout le monde se retrouve : peu importe ce qui s'est réellement passé, le responsable doit payer. Broyé par la gravité, avalé par la pierre : les morts absurdes, des non-morts, des faux positifs, se produisent tous les ans au sein des rangs de SAPHIR.

Vous voyez l'effet Nocebo ? Quand vous vomissez par simple persuasion que c'est la réaction que vous devriez avoir, alors que vous n'avez aucune vraie raison de vomir ? Le consensus actuel au sein de la Société serait d'y voir une sorte d'effet Nocebo. Un effet psychologique, un traumatisme tellement fort qu'il persuade l'entourage des victimes — ainsi, et c'est terrifiant, que les victimes elles-mêmes — qu'elles sont mortes. Mortes de causes que les lois de la nature ne permettent pas. Et, on a beau essayer de se persuader, elles restent mortes à nos yeux. Ce n'est juste pas tolérable. Pas vivable. Imaginez : persuadé que vous êtes mort mais biologiquement toujours en vie, vous restez immobile, sans boire ni manger, prisonnier de votre conviction jusqu'à ce que la mort réelle vous rattrape. C'est une théorie, tout du moins. Impossible à vérifier en l'état.

Le fait que nous soyons des esprits forts n'aide certainement pas : une fois l'effet Nocebo implanté, vouloir lutter contre revient à se battre contre nous-même et nos défenses. C'est là que vous intervenez. Vous êtes les rois de l'arnaque ? Vous arrivez à convaincre même les plus cyniques ? Alors impressionnez-nous. Persuadez-nous, dépersuadez-nous. Nous voudrions que vous créiez pour nous le plus grand effet Placebo de tous les temps. Que nous puissions les voir à nouveau.

Cassette # 9

"Lucidité", version 1, bilan du premier test. Nous ne vous en voulons pas, nous en aurions fait autant. Mais, sérieusement, vous ne vous attendiez pas à un minimum de méfiance ? Nous avons autant de rats de laboratoire que nécessaire. Plus vite vous vous mettrez réellement au travail, plus vite vous sortirez d'ici.

Cassette # 14

Ah, rebonjour. Servez-vous, je vous en prie. Les seringues sont sur le plateau au centre de la pièce. Oui, quand nous vous avons capturé nous nous sommes dit : Ces gars sont des Singularités, les rois des illusionnistes. Comment les empêcher de filer ? Les "tordeurs de réalité" ne sont soumis à aucune loi physique, à ce qu'il paraît. Ils ne sont soumis à rien d'autre qu'à eux-même. À vrai dire, à ce moment de la bande son, je ne suis pas sûr que vous captiez encore un mot de ce que je dis. Je ne vous dirais pas de quelle drogue il s'agit, c'est une petite recette maison, et je n'aimerais pas que vous tentiez d'en recréer vous-même. Sachez seulement que seule de la chimie tout à fait banale a suffi à l'obtenir. Je doute également que vous sachiez purger vos synapses de molécules psychotropes sans éjecter la moitié de votre cervelle hors de votre boîte crânienne. Je doute surtout que vous le vouliez. C'est bon, hein ? Pour en avoir plus, c'est simple : il suffit de se remettre au boulot.

Cassette # 19

Écoutez, on va arrêter tout ce qui est recâblage neuronal. Clairement ça ne permet pas de contourner l'altération sensorielle, et les séances de flashes n'ont rien donné. Et : de l'hypnose, sérieusement ? Je ne pense pas que vous ayez compris ne serait-ce que le b.a.-ba de l'hypnose, à savoir que, petit un, les messages subliminaux par écran sont une légende et que, petit deux, on ne peut pas forcer quelqu'un à faire ce qu'il ne veut pas faire par suggestion. Encore moins se suicider. J'ai bien peur que pour les responsables — et, soyons francs, Achille, les caméras peuvent vous voir la nuit, vous savez — ce sera "acupuncture" ce soir. Encore. En attendant, nous allons revenir aux préparations médicamenteuses, je suis sûr que notre demeuré de service sera ravi. Vous avez jusqu'à ce soir pour trouver de nouvelles idées et nous lister le matos qu'il vous faut. Sinon ce sera acupuncture pour tout le monde.

Cassette # 26

"Lucidité", version 9, bilan. Nous avons tous les trois ingérés votre dernier prototype. Bon, nous ne sommes toujours pas morts, c'est déjà ça. Mais nous devons vous dire que nous sommes encore une fois mécontents du résultat. Mark a téléphoné chez lui et a pu avoir — miracle ! — une discussion avec son père au téléphone. À croire que le Placebo avait fait effet et que l'illusion était belle et bien brisée. Il allait bien, lui assurait qu'il était terrifié d'être ignoré par tout le monde, déclaré mort. Et là c'est le drame : Anthony appelle son ex-femme et le petit Henri répond. Le petit Henri, bel et bien mort, de mort tout à fait naturelle et véridique. Et c'est là que nous nous rendons compte que vous ne faites que rajouter une couche d'illusion sur une couche d'illusion.

Nous ne voulons pas voir les morts. Nous voulons voir les vivants.

Aussi je crois qu'une petite mise au point s'impose. Attention, question : Pierre est mort après avoir été désintégré par un rayon à particules. Possible ou pas possible ? Perdu. Ahah, oui, ça secoue, hein ? Non, la désintégration particulaire d'un corps humain entier n'est pas physiquement possible. Allez, concentrez-vous. Question : Jean est mort d'une crise cardiaque. Possible ou pas possible ? C'est parfaitement possible, tout à fait. Elle était facile. Plus compliqué maintenant : Paul est mort d'une crise cardiaque en voyant un fantôme. Possible ou pas possible ? Perdu ! Aïe aïe aïe. Oui, c'était le petit piège : il est tout à fait possible de faire une crise cardiaque en croyant voir quelque chose qui n'existe pas.

Bon, d'accord, c'était un peu injuste de vous administrer le jus peu importe vos réponses pour coller au message préenregistré. Oui, nous savons tout à fait que les thérapies par électrochocs ne sont pas nécessaires. C'est une forme de médecine que beaucoup de monde croyait valable à une époque mais qui s'est révélée totalement stupide pas la suite, et a fait beaucoup de mal à beaucoup de gens entre temps. Vous avez saisi le subtil parallèle ? Tant mieux. Nous allons nous mettre en jambe avec une série de trente questions dans le même genre, histoire que ça rentre bien. Vous avez devant vous un panneau rouge et un panneau vert, à lever selon si la proposition est possible ou non. Nous vous observons par caméra. C'est parti.

Cassette # 39

L'heure de la libération est proche, mes amis ! Nous avons fait de réelles avancées ces derniers jours, et je crois qu'on peut tous s'en féliciter. Rien n'aurait été possible sans vous, sachez-le. Je sais que nous avons eu des moments un peu difficiles — c'est tout à fait normal. Des paroles qu'on regrette. Des actes. Mais sachez que vous ne serez pas oubliés. Réjouissez-vous : demain, si tout se passe bien, nous vous réservons une petite surprise ! Nul doute qu'après ça vous mettrez du cœur à l'ouvrage.

Vraiment.


Addendum 2 : Fragment de notes GdI-096-393-N

La salle d'observation présumée fut retrouvée au rez-de-chaussée du bâtiment. À l'arrivée des forces de l'ordre, les lieux avaient été vidés et nettoyés. La Gendastrerie a néanmoins retrouvé sur place un exemplaire du livre "The God Delusion" du biologiste et athée militant Richard Dawkins, aux premières pages lourdement annotées.

Afficher le document

Le livre avait été évidé afin de servir de cache à un objet inconnu, manquant lors de la découverte.

révision de page: 11, édité la dernière fois: 25 Sep 2019 15:15
Unless otherwise stated, the content of this page is licensed under Creative Commons Attribution-ShareAlike 3.0 License

Privacy Policy of website